Crise de viande dans les marchés de N’Zérékoré : réactions croisées des clients et bouchers

Print Friendly, PDF & Email

A quelques jours de la fête de Ramadan, les citoyens de la commune urbaine de N’Zérékoré connaissent une crise de viande dans les différents marchés de la ville. Une situation qui inquiète les clients venus acheter de la viande à l’orée de la fête qui marque la fin du jeûne musulman.

« Depuis quelques jours, nous avons constaté qu’il n’y a pas trop de viande à la boucherie principale. Mais cette crise persiste jusqu’à présent. Si tu ne viens pas tôt tu n’en trouves pas du tout. Et déjà qu’on s’apprête à acheter pour le manger le jour de la fête qui probablement se fera entre samedi et dimanche. Nous demandons aux bouchers de faire un effort » plaide Fatoumata Sidibé.

Même sentiment chez Djaka Sanoh qui se dit être paniquée à cause de cette situation qui perdure.

« Aujourd’hui, nous sommes confrontés d’abord au manque de poissons qui sont plus chers dans le marché. Et si nous ne trouvons pas de viande encore, là c’est très compliqué pour nous. Il faut que les bouchers fassent un effort pour nous aider » lance-t-elle.

Du côté de la boucherie, on explique cette crise par le fait que le gouvernement ait demandé aux éleveurs de zébus de quitter le pays.

« Depuis plus d’une semaine, les éleveurs de zébus sont en train de quitter le pays sur instruction du gouvernement. Et ces éleveurs ont finalement décidé de partir dans les pays voisins et de ne plus vendre aux bouchers leurs bêtes. Et vous savez nos bœufs sont chers et en plus quand tu tues pour venir vendre, il est difficile de s’en sortir. Il pèse le plus souvent entre 145 à 150 kilos, même il est impossible de gagner ce que tu as investi. Moi, même hier, j’ai payé un bœuf de chez nous mais j’ai perdu 600 milles francs guinéens. Et certains de mes amis qui ont acheté, ont également perdu. Avec cette allure, on ne peut pas continuer. S’il y a les zébus, ça rivalise et ça fait baisser le prix de chez nous. Ce n’est vraiment pas dans l’intention d’augmenter le prix du kilo » explique Mamadou Adams Diallo ‘’Mamao’’.

Poursuivant, notre interlocuteur a laissé entendre que si rien n’est fait par les autorités, qu’il n’y aura pas de viande pendant cette fête et voir après.

Confrontés déjà à un manque de produit halieutique qui devient de plus en plus cher, les citoyens de N’Zérékoré risquent de passer une des pires fêtes cette année.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’Zérékoré

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !!