Crise éducative : le SLECG déterminé à poursuivre sa grève

Print Friendly, PDF & Email

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) a tenu ce samedi, 1er  février 2020, une assemblée générale à son siège de Donka. Parmi les points à l’ordre du jour, figurait la question d’information l’assistance de la situation actuelle entre le syndicat et le gouvernement.

Malgré l’appel du gouvernement pour une reprise effective des cours le lundi, le SLECG se dit pas encore prêt à retourner dans les salles de classe. Déterminé à poursuivre la grève, le secrétaire général Aboubacar Soumah a appelé ses camarades enseignants à resserrer les rangs jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

« Cette fois-ci, on ira jusqu’au bout. Aucune intimidation de quelque nature que ce soit ne va nous arrêter. Nous devons prendre conscience que c’est maintenant ou jamais. Notre avenir est dans notre main. Nous avons trop soufferts. L’enseignant guinéen a trop souffert. Nos devanciers sont morts misérablement, les retraités enseignants vivent misérablement, ceux qui sont à l’âge adulte vivent misérablement, vous les jeunes qui venez d’être engagés si vous ne prenez pas garde vous vivrez aussi misérablement. Ne nous laissons jamais au plus grand jamais manipuler par les politiciens qui aujourd’hui ont réussi à diviser le peuple à tous les niveaux, ils ont divisé les institutions à tous les niveaux, ils ont divisé même les familles aujourd’hui. Nous enseignants refusons d’être divisés, nous sommes une seule famille, nous partageons la même souffrance, nous avons un dénominateur commun : la vraie. La craie, qui n’est pas monnayable. La craie, qu’on ne peut pas revendre pour avoir la dépense. Nous n’avons que nos salaires. C’est pourquoi on se bat pour améliorer nos salaires. Nous n’avons besoin que du salaire indiciaire. C’est de ce salaire indiciaire que vivent aujourd’hui les enseignants qui sont à la retraite. C’est ce salaire indiciaire là qui nous accompagne à la retraite »,  a-t-il estimé.

Alors que les enseignants sont appelés à une reprise effective des cours le lundi prochain, le secrétaire général du SLECG les appelle à poursuivre la grève sans fléchir et ce, malgré le gèle de leurs salaires.

« Nous ne sommes pas des poulets parce qu’on nous traite comme des poulets. On met les grains de riz et au fur et à mesure que tu viens en picotant jusqu’à mettre main sur lui. Parce que disent-ils nous sommes pauvres, on ne peut pas résister. Le maigre salaire qu’on nous donne on nous le bloque dans une méchanceté qui ne dit pas son nom, aucun respect pour notre corporation. Aucun respect pour la personnalité, pour la dignité. Donc chers camarades, acceptons de souffrir et abandonnons les salaires-là. D’aucuns vont dire lui parce qu’il va à la retraite. Bien sûr que moi je vais à la retraite. Mais comprenez que maintenant si nous ne poursuivons pas cette grève-là c’est fini pour nous. Parce que le gouvernement là ne va plus faire face à nos revendications et même si le gouvernement-là continue on ne pourra plus déclencher une autre grève,  et si un autre gouvernement vient on ne pourra plus car ils diront que vous n’avez pas pu avec l’autre donc c’est pas avec nous que vous allez arriver à quelque chose. Donc chers camarades laissons ces salaires-là. Ils disent que le lundi qui vient là les cours vont reprendre. Partout dans les radios ils sont en train de le déclarer. Le ministre a donné des instructions à tous les niveaux de faire tout pour nous faire revenir dans les classes. Envoyer les salaires dans les écoles et faire appel pour nous faire signer un engagement. Tu enseignes pendant une semaine et après on te donne le salaire. Ils disent que nous sommes des pauvres, qu’on ne peut pas résister c’est pour cela qu’ils ont confisqué nos salaires », dira-t-il.

Pour terminer, Aboubacar Soumah a dénoncé ‘’l’irresponsabilité’’ des ministres de la fonction publique et de l’éducation nationale pour avoir signé un protocole avec un syndicat qui n’était ni signataire ni dépositaire de l’avis de grève en cours.

Maciré Camara 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.