Culture: Igboroka, le 3è single solo de l’artiste Lil Saako du groupe Instinct Killers

Après les titres Zapata et Yolé Dance, l’artiste chanteur Lil Saako du groupe Instinct Killers, enchaîne avec son 3ème single solo dénommé Igboroka. C’est un extrait de l’album N’khongni Dakhi qui doit sortir le 25 décembre. Igboroka sera sur les plate-formes de téléchargement à partir du vendredi 18 novembre. Cette annonce a été faite hier mercredi 16 novembre, au cours d’une conférence animée par l’artiste en accompagnie de son équipe manageriale et de ses frères artistes tels que Azaya et Abdoulaye M’baye du groupe Degg J Force 3.

Pour sa part, Salim Souaré, chef de projet a parlé de ce nouveau titre. « Zapata, au début tout le monde l’a critiqué et aujourd’hui tout le monde l’aime. Le titre que nous allons présenter aujourd’hui, va aller dans le même sens. Igboroka ne vient pas de loin. C’est  un mot guinéen ,on le dit à tout moment, on a grandi avec. C’est quand une partie de ton corps te gratte, tu te mets à gratter. On a pris ça de là. Donc, nous voulons exploiter ce qui nous appartient. Igboroka c’est guinéen tu dis ça à un Nigérien, il va te demander c’est quoi  Igboroka? C’est ce que nous voulons. […] », a-t-il expliqué.

Quant à l’artiste chanteur Lil Saako, il entend vendre la culture guinéenne à travers sa musique. Comme il l’avait d’ailleurs mentionné depuis la sortie de Zapata. 

« J’ai décidé de vendre la culture guinéenne, j’ai décidé de vendre ce que nous avons ici, sur le plan international.  Ma vocation c’est d’exporter ce que nous avons ici. Je vois que nous dansons toujours sur les trucs d’Afro Béat, du coupé décalé.  Je me suis dit mais, alors qu’on a plein de rythmes ici à part même la danse. Si vous voyez bien Igboroka que vous venez d’écouter c’est pas la même chose que Zapata mais c’est les mêmes cadences, c’est les mêmes gammes. Ça veut dire qu’on a plein de trucs ici. Donc, dans mon album vous allez retrouver plein de choses comme ça.  Parce qu’il y a Tatata, il y a N’kona. Il y a plein de trucs mais guinéens. Parce que la vocation de l’album, c’est de vendre cette culture, c’est de montrer au monde qu’on a des choses qu’ils ne connaissent pas, qu’ils ne maîtrisent pas », a-t-il indiqué.

Cependant, l’artiste dit avoir rencontré beaucoup de difficultés pour la réalisation du clip Igboroka. Et selon lui, pour le moment, il n’a reçu aucune aide financière de la part de qui que ce soit. Et pourtant la date de la sortie de l’album N’khongni Dakhi a été déjà fixée. 

Christine Finda Kamano

622716906

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.