Damaro : “après l’élection présidentielle, nous allons revoir notre code électoral”

Print Friendly, PDF & Email
Annoncée en grande pompe à l’assemblée nationale, la révision du code électoral a été retirée en catimini. Ce samedi 4 juillet, alors qu’il animait une conférence de presse en marge de la clôture de la session spéciale de son institution, le président du parlement guinéen a donné des précisions  sur les motifs du retrait du code électoral dans l’agenda parlementaire.
Amadou Damaro Camara explique ce retrait par la charte de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance. Cette charte que la Guinée a ratifiée interdit à  ses États membres de procéder à des modifications sur leurs constitutions ou sur la loi électorale à six mois d’une élection.
“On sait qu’au niveau de la CEDEAO, il y a une charte qui interdit les modifications majeures sur des lois électorales 6 mois avant les élections mais entre-temps, on a une nouvelle constitution. Nous nous sommes dit que nous avons quand même le droit d’adapter notre code électoral à des références qui se trouvent dans notre nouvelle constitution. On était un peu dans cette légitimité constitutionnelle contre les traités internationaux qu’on a signés. C’est ainsi que le bureau a demandé, parce qu’on est pas sûrs d’être sûrs, que nous allons attendre après l’élection présidentielle, nous allons beaucoup plus sereinement revoir notre code électoral de manière plus pérenne”, a expliqué le président de l’assemblée nationale, précisant que cette décision a été prise au niveau du bureau de son institution.
“C’est ainsi qu’on l’a mise de côté. On a décidé ça au niveau du bureau de l’assemblée. Contrairement à ce qui se dit, même pendant la 8ème législature, il y a eu des lois qui sont venues au bureau dont on ne comprenait et qu’on a renvoyées au gouvernement pour seconde lecture”.
Thierno Sadou Diallo 
+224 662 76 75 74

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.