Damaro Camara : ‘’les cours ont repris sans que Soumah n’appelle à la fin de sa grève. Ça veut dire que sa grève était perdue et il cherchait sa tête. Et cette tête, nous la mettons à prix…’’

Print Friendly, PDF & Email

Le président du groupe parlementaire Rpg Arc-en-ciel, l’honorable Amadou Damaro Camara, dans un entretien accordé jeudi à Mediaguinée, s’est proprement défoulé sur le syndicaliste Aboubacar Soumah qui continue d’appeler les enseignants à faire le vide, accusant l’Etat de ne pas respecter ses engagements contenus dans la plateforme revendicative du mouvement syndical.

Il s’est installé une certaine confusion dans ce processus. D’abord, il y a un appel de la part d’un individu et il y a un appel de la part de sa centrale syndicale. Le processus syndical se passe comment ? Il y a d’abord une plateforme de revendications qui est présentée aux autorités, qui acceptent ou n’acceptent pas d’en négocier. Dans tous les cas, en cas de conflit, de blocage, il peut y avoir un préavis de grève, et qui est le premier instrument pour inviter les autorités autour de la table. C’est après échec de ces dernières négociations que l’on parle d’avis de grève. D’abord pour une période limitée, ensuite éventuellement pour une période illimitée,  a rappelé  le président de la majorité présidentielle.

Mais, ajoute-t-il, à ce que je sache, il y a d’abord contradiction entre M. Soumah et sa centrale qui ne reconnaît pas avoir eu une plateforme de revendications. Mais, M. Soumah appelle quand même à ce qu’on boycotte les classes. Nous sommes dans une période où la jeunesse est ce qu’elle est, dès qu’on dit qu’il n’y a pas d’école, naturellement les enfants sont plus contents à aller à la maison que d’aller à l’école. Ensuite, quand on fait une grève, on ne va pas à l’école mais on ne jette pas des pierres. Et, généralement d’ailleurs ceux qui jettent les pierres ne sont pas les élèves, ne sont pas des enseignants. Voilà ce qu’on a constaté”.

Faisant allusion à la cavale du camarade Soumah, le député Damaro d’affirmer : « et, ensuite, on ne lance pas une grève et se cacher. Et, on ne sort pas du bois pour commencer à aller à la mosquée voir les religieux, ce n’est pas cela la liberté syndicale. Il y a toujours une ligne entre la liberté et la responsabilité. A chaque fois, il y a la confusion entre la liberté et la responsabilité, on a des problèmes”.

” Il y a certains acteurs de la société civile qui sont venus me voir, pour que je puisse démarcher pour avoir une garantie si M. Soumah sortait du bois, est-ce que sa sécurité serait garantie ? J’ai dit : « mais M. Soumah agit en tant que qui ? On n’a jamais mis de syndicaliste en prison ici, il y a eu des grèves mais quand quelqu’un parce qu’il a une quelconque position veut abuser de la loi, il faut que quelque part qu’il se rende compte qu’il y a une République, il y a un Etat. Soumah n’a pas appelé à négocier, c’est parce qu’il est parti, il est sorti du bois pour se diriger vers la mosquée. De toutes les façons, les cours ont repris sans qu’il n’appelle à la fin de sa grève, ça veut dire que sa grève était perdue et il cherchait sa tête. Et, nous mettons sa tête à prix, quelqu’un qui perturbe l’ordre public, comme ça il doit payer“, a insisté Amadou Damaro Camara.

Elisa Camara

+224654957322

 

 

  1. aly 3 ans il y a
    Repondre

    Pourquoi. , vous ne les laissez pas se rencontrer, vous cachez quelque chose. Tu es un Satan Damaro et menteur

  2. Nondifalè 3 ans il y a
    Repondre

    C’est honteux de votre part depuis 3 semaines nos enfants ne vont pas correctement a l’école en tant que représentant du peuple qu’est ce que tu a entrepris pour que nos enfants reprennent le chemin de l’école. Déjà légale ou pas nos enfants ont déjà perdu trois semaines par votre incompétence… Déjà c’est un échec et nous les parents sommes déçu de votre gouvernance caractérisé par l’orgueil…

  3. tim 3 ans il y a
    Repondre

    C’est faux. Il n’y a pas eu de cours cette semaine écoulée. C’est honteux. Ce n’est pas ce que nous attendions d’un civil au pouvoir. Mais, l’avenir jugera. Je suis trop deçu.

  4. ibrahim camara 3 ans il y a
    Repondre

    ce vioc n a vraiment pas honte de mentir .ce pyromane haineux ethno finira bientôt comme son mentor sur le crochet du boucher. lui est sensé défendre le peuple , c est lui qui se joint a l exécutif par ricochet à son parti de haine ethnique pour menacer. des pauvres enseignants qui n ont réclamer que leurs droits. Quel est son train de vie lui damaro? ils sont comme ça ces gens là

  5. Guinée 3 ans il y a
    Repondre

    Il ny a pas eu de cours dans localités a prédominance peulhs ou ploulhes.

  6. mohamed diaby 3 ans il y a
    Repondre

    Regardez moi ce Demagogue menteur, les cours on repris ou????? en tout cas moi mes freres et soeurs qui vont a lecole notre mere a Dabompa sont a la maison. a chaque fois quils vont a lecole ils reviennet a la maison avant 9h faute de professeurs… et ce Vieu demons coureur de jupon est en train d nous vomir du charabia ici… Damaro l’histoire te jusjera malhonnete que tu est….. tu na meme pa honte de mentir…..

  7. Manzo 3 ans il y a
    Repondre

    Avec le laxisme prôné en mode de gouvernance, il faudrait s’attendre à ce genre de mouvements sauvages où des bandes d’écervelés pour un banal oui ou non, se donneraient le droit d’empêcher la quiétude de tout un Etat!
    Espérons que cette grève sauvage aurait servi de point déclencheur pour une politique de fermeté cher le président Alpha Condé!

  8. pecos 3 ans il y a
    Repondre

    On assiste à un essoufflement de de ce mouvement de grève illégal. Vous n’êtes pas sans savoir que les jours de grève ne sont pas payés et que la plupart de ces fameux grévistes sont des pères de famille et des mères de famille. Donc, ils (grévistes) ont des loyers à payer à la fin du mois et des bouches à nourrir. D’ailleurs, c’est ça qui a fait réfléchir deux fois nos grévistes.Je sais que financièrement, ces fameux grévistes ne peuvent plus soutenir le rythme et le temps presse pour eux. En ce moment, c’est le sauve-qui-peut chez nos fameux grévistes et le temps presse. Beaucoup d’entre eux cherchent maintenant une fenêtre de sortie. Ces fameux grévistes sont à l’image d’une armée en déroute.La plupart des enseignants ont repris les cours, mais certains parents continuent toujours à garder leurs enfants à la maison par peur.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.