Connect with us

A la Une

Damaro sur les législatives : ‘’qu’elles se tiennent demain ou à la fin de l’année, ça m’est égal’’ (audio)

Suite à l’annonce jeudi du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Me Salif Kébé au cours d’une rencontre avec les acteurs politiques, de l’organisation probable des législatives avant fin 2019, le président de la majorité présidentielle a déclaré que ce sont « ceux qui vont échouer qui pensent que cette annonce est une mauvaise nouvelle ».

« Il (Me Salif Kébé) est le patron de l’organisme constitutionnel qui est en charge de l’organisation des élections, s’il annonce que ça doit se tenir d’ici la fin de l’année forcément, ça met égal que nous tenons demain, que nous tenons à la fin de l’année », lâche Amadou Damaro Camara.

Allez- vous être candidat ? « Je ne suis pas demandeur du tout. Ça met égal quelle que soit l’heure des élections c’est la même chose pour nous. La Ceni c’est la voix la plus autorisée, si elle dit qu’on aura les élections, on aura les élections. J’ai reçu une correspondance que le président de la Ceni va entamer les consultations de la classe politique, ils ont dû rencontrer aujourd’hui (jeudi) l’opposition républicaine, après ce sera l’opposition non parlementaire, après nous. C’est après tout ça qu’ils vont décider si ça aura lieu et quand », répond-il.

A la question de savoir si cette annonce est une bonne nouvelle, notre interlocuteur de réagir en ces termes : ‘’Pourquoi ça allait être une mauvaise nouvelle ? Ça pourrait être une mauvaise nouvelle pour qui ? Ce sont des élections qui doivent se passer, c’est ceux qui vont échouer qui pensent que ça va être une mauvaise nouvelle. Ça ne peut être qu’une nouvelle normale, je ne vais même pas la qualifier de bonne ou de mauvaise nouvelle, c’est une nouvelle normale. On n’est pas en transition ou en Etat d’exception »

Aussi faut-il noter que ces élections législatives devraient se tenir depuis l’année dernière.

Tidiane Diallo, correspondant à Labé

620 44 25 83

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
1 Comment

1 Comment

  1. CONDÉ ABOU

    23 mars 2019 at 3 h 29 min

    De mon point de vue, la majorité parlementaire présidentielle devrait aller beaucoup plus loin dans la préparation des prochaines élections législatives et présidentielles, quelle que soit la date retenue par la CENI.

    Le RPG et le Ministère de l’Administration du Territoire, devraient faire voter et adopter par le Parlement un nouveau Code Électoral, et une nouvelle Loi sur le parrainage obligatoire durant toutes les élections législatives et présidentielles à venir en Guinée. Exactement comme l’a fait le Président Macky Sall au Sénégal, après la révision du Code électoral au Sénégal en Avril 2018.

    C’est une excellente idée qui est actuellement à l’étude en Côte D’Ivoire en prévision de la présidentielle de 2020 dans cet autre pays voisin.

    Pourquoi, serait-il souhaitable de ne pas laisser tout le boulot à la CENI en prévision des prochaines législatives et présidentielles en Guinée, en termes de préparation ?

    Il suffit d’observer ce qui est arrivé au Sénégal, avant l’adoption de la Loi sur le parrainage en Avril 2018, soit presque un avant les dernières présidentielles de Février 2019.

    Le budget des dernières Législatives de 2017 au Sénégal, s’est chiffré à 24 millions d’Euros. Pourquoi, un montant si élevé ? Parce que le pays s’est retrouvé avec 47 listes durant les législatives de Juillet 2017.

    Une situation qui aurait conduit en toute logique, le Sénégal lors de la présidentielle de Février 2019 à 47 candidats pour briguer le fauteuil présidentiel, selon les sources officielles.

    Grâce au système de parrainage des candidats, au final en Février 2019, il n’y a eu que 5 candidats à la présidentielle, contre 17 candidats lors de la présidentielle de 2012. Ce qui a permis à l’organisme en charge des élections, la CENA (Commission Électorale Nationale Autonome du Sénégal), d’économiser énormément d’argent sur le budget des élections et d’organiser des élections faciles à faire vérifier par tout le monde.

    Il faut noter que selon l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie du Sénégal, lors de la présidentielle de 2019, avec une population totale de 16,2 millions d’habitants, l’électorat représentait 6.683.043 hommes et femmes.

    Le nouveau Code Électoral adopté par les Députés de l’Assemblée Nationale Sénégalaise, où le pouvoir dispose d’une majorité confortable, impose désormais aux candidats de recueillir les signatures de 52.000 électeurs – soit 0,8% du corps électoral, répartis dans au moins 7 régions du pays.

    Un électeur ne pourra parrainer qu’un candidat à la fois, et la validation des signatures devrait se faire au Ministère de l’Administration du Territoire et au Ministère de la Justice.

    La Guinée devrait se situer en ordre de grandeur, dans les chiffres de sa démographie, quasiment identiques avec ceux du Sénégal.

    Pourquoi d’ailleurs, ne pas placer la barre du parrainage à un niveau beaucoup plus élevé en Guinée, en vue d’éviter au pays et à sa CENI recomposée essentiellement par le RPG, et l’UFDG, une gestion électorale inutilement, plus coûteuse avec de nombreuses candidatures fantaisistes durant les prochaines législatives et présidentielles ?

    Le RPG et l’UFDG devraient se mettre d’accord sur une telle approche politique, pour éviter au pays, une anarchie inutile lors des prochaines élections législatives et présidentielles. Pourquoi pas ?

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter

  • Mali : Boubou Cissé est nommé chef du gouvernement 22 avril 2019
    Le ministre malien sortant de l'Economie et des Finances a été nommé Premier ministre en charge de former un nouveau gouvernement "de large ouverture".
  • Au Soudan, la rue renvoie l'armée dans les casernes 21 avril 2019
    Sous la pression de la rue, l'armée soudanaise annonce vouloir transmettre le pouvoir aux civils "dans l'intervalle d'une semaine". Environ 100 millions d'euros sont saisis au domicile du président déchu Omar el-Béchir.
  • Le Sri Lanka endeuillé : près de 300 morts dans des attaques 21 avril 2019
    Une série d'attaques visait des hôtels et des églises de la capitale du Sri Lanka, Colombo. C'est la plus grave violence que le pays enregistre depuis la fin de la guerre civile en 2009.
  • La religion, à quoi ça sert? 21 avril 2019
    Un philosophe nous explique les fonctions de la religion pour l'Homme. Et que science et croyance en dieu ne sont pas forcément contradictoires.
  • Migration : le drame des tombes anonymes 20 avril 2019
    La plupart des corps repêchés en Mer Méditerranée ne seront jamais identifiés par manque d'informations ou de volonté des autorités. Pour les familles, il est impossible de tourner la page et de faire son deuil.
  • Mali : qui pour succéder à Soumeylou Boubèye Maïga ? 19 avril 2019
    Le premier ministre du Mali a démissionné jeudi soir face à la colère de la population qui en a assez de l'insécurité qui règne dans le pays.
  • Penser dieu, penser la religion 19 avril 2019
    Entretien avec un professeur de philosophie pour mieux comprendre l'idée même de religion, quelles "fonctions" elle remplit et sur une représentation d'un dieu sans rites religieux.
  • Emission spéciale: qu'est-ce que la religion? 19 avril 2019
    Nous profitons des jours fériés en Allemagne, à l'occasion de Pâques, pour réfléchir à la foi, à ses fonctions dans les sociétés humaines, à son rapport avec la science.
  • Référendum en Egypte pour asseoir le pouvoir du président 18 avril 2019
    Pendant 3 jours, les Egyptiens sont appelés à se prononcer sur une révision constitutionnelle, qui pourrait permettre au président Abdel Fattah al-Sissi de rester au pouvoir jusqu'en 2030.
  • Réactions à Goma après la mort d'Ignace Murwanashyaka 18 avril 2019
    L’ancien chef politique des FDLR condamné en Allemagne pour des crimes commis par son mouvement en RDC est décédé. Réactions.
  • Le Maroc toujours silencieux face aux manifestations en Algérie 18 avril 2019
    Alors que l'Algérie bouillonne, le Maroc se tait. Un mutisme qui en dit long sur les relations tendues entre les deux voisins, avec, en toile de fond, le conflit au sujet du Sahara Occidental. 
  • LDC : Tottenham qualifié au terme d'un match dantesque 18 avril 2019
    Bien que battus par Manchester City (4-3), les Spurs se sont qualifiés pour les demi-finales de la C1, et affronteront l'Ajax. De son côté, Liverpool est allé gagner à Porto (1-4) et jouera contre le FC Barcelone.
  • Soudan : Omar el-Béchir en prison pour calmer la rue 17 avril 2019
    Le Conseil militaire a annoncé le transfert de l'ex-président Omar el-Béchir dans une prison de la capitale. Un geste parmi d'autres qui visent à apaiser la contestation dans la rue.
  • Ignace Murwanashyaka mort en Allemagne 17 avril 2019
    Ce ressortissant rwandais vivait en exil en Allemagne depuis une trentaine d'années et était poursuivi pour des crimes commis en RDC. Âgé de 55 ans, Ignace Murwanashyaka était jugé pour son rôle en lien avec les FDLR.
  • Mali : Ibrahim Boubacar Keïta peine à convaincre 17 avril 2019
    Beaucoup de Maliens jugent les annonces faites par le président lors de son allocution télévisée insuffisantes.
  • Burkina : la main tendue de Compaoré suscite des doutes 17 avril 2019
    Depuis la Côte d'Ivoire où il est en exil, Blaise Compaoré se dit prêt à soutenir le pouvoir à Ouagadougou dans sa lutte contre le terrorisme. L'opinion publique reste divisée.
  • Juve & Ajax: "des enfants qui jouent comme des adultes" Erik ten Hag 17 avril 2019
    Après le Real, triple tenant du titre, c'est l'équipe de Ronaldo, le monsieur Ligue des champions que Frenckie De Jong et sa bande ont laissée au tapis. Douze ans après,le club néerlandais retrouve les demi-finales.
  • Dieselgate : l'ex PDG de Volkswagen risque 10 ans de prison 16 avril 2019
    Martin Winterkorn a été inculpé de fraude aggravée dans l'affaire du Dieselgate, lorsque le constructeur avait truqué ses véhicules pour les faire paraitre moins polluants.
  • L'UA prudente en Algérie mais ferme au Soudan 16 avril 2019
    L'Union africaine a imposé un ultimatum aux militaires soudanais pour quitter le pouvoir. Mais en Algérie où la rue maintient la pression, l'UA s'est limitée à un appel au dialogue pour appliquer des réformes rejetées.
  • Citation de la semaine 16 avril 2019
    "Les changements climatiques ont un impact sur les abeilles à cause de la hausse des températures. Elles peuvent s'adapter à certaines températures, mais au-delà, leur survie est menacée."( Kiatoko Nkoba,ICIPE)