Damiba, président du Faso : « si vous êtes fort comme vous le prétendez, vous faites votre coup d’Etat et vous faites ce que vous voulez »

Print Friendly, PDF & Email

Le président du Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, était face aux forces vives de la région des Hauts-Bassins, ce vendredi 20 mai 2022 à Bobo-Dioulasso. Cette rencontre a été voulue par le chef de l’Etat, pour recueillir les préoccupations de la population des Hauts-Bassins pour la bonne marche de la transition au Burkina Faso. Les citoyens bobolais ne sont pas passés par quatre chemins pour exposer leurs préoccupations au président Damiba.

Parmi les différentes questions abordées au cours de cette rencontre, il y a eu celle relative à la politique de partenariat sécuritaire du Burkina. Cette question a été posée par un membre des organisations de la société civile qui a demandé au MPSR de clarifier sa position sur les partenariats militaires du Burkina avec certains pays, notamment la France. « C’est la condition pour nous, de soutenir le MPSR », a lancé ce dernier.

Et le président du Faso de répondre : « A partir d’aujourd’hui, vous êtes le premier soutien de la transition.

«Celui qui s’écarte des objectifs de la transition, il aura à faire à la transition. Soyez rassuré qu’un pays n’est jamais collé à un autre pays à vie. Le problème que vous posez, même s’il est pertinent, l’approche n’est pas bonne. Les gens sont fiers quand on recrute un sélectionneur de tel pays, quand on reçoit des équipements ou de matériels médicaux de tel pays… Vous comprenez ce que je veux dire? Nous avons donné comme axe en matière de politique de coopération, ce qui intéresse le Burkina. Mais si vous êtes fort comme vous le prétendez, vous venez faire votre coup d’Etat et vous faites ce que vous voulez. Nous ne sommes pas là pour perdurer dans des dynamiques qui ne sont pas bien pour le pays ».

Il a aussi souligné qu’un pays n’est jamais lié à un autre pays à vie. « Il y a des moments ou les pays se rencontrent et des moments où ces pays sont opposés », a-t-il laissé entendre. Avant d’ajouter que le pays est libre de nouer des partenariats avec ceux qui peuvent l’aider à se développer.

Source : Lefaso.net/Omega

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.