Dansa à propos du discours du PM : ‘’je pense que c’est une situation qui s’annonce très difficile pour les consommateurs’’

Print Friendly, PDF & Email

Le président du Conseil National des Organisations de la Société Guinéenne (CNOSCG), Dr Dansa Kourouma, présent à l’Assemblée Nationale lors de la présentation de la politique générale du gouvernement par le Premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana, a, au sortir de la salle, accordé une interview à Médiaguinée dans laquelle il considère que le programme présenté par le chef du gouvernement sera acclamé par les députés vu la sympathie qui lui a été réservée par les parlementaires.

 A en croire Dr Dansa Kourouma, « c’est un discours très long qui témoigne peut-être de l’intérêt que le Premier ministre accorde à l’exercice ou bien la difficulté des tâches qui l’attendent les jours à venir, parce que la longueur du discours dépend de cela. D’abord, je pense c’est une situation qui s’annonce très difficile pour les consommateurs guinéens. D’abord avec les augmentations annoncées pour les prix de l’électricité, du carburant et l’augmentation du prix des denrées de grande consommation. Ça confirme les menaces que le Premier ministre a lancées le mois passé. » 

Le président du CNOSCG de poursuivre en ces termes : « La deuxième chose que je retiens de ce discours, c’est en attendant bien sûr les débats des députés, j’ai recensé 14 promesses. C’est-à-dire 1% du budget sera alloué à l’innovation, ce qui me semble très important en appuyant l’emploi dans le domaine du numérique et le budget de l’Education va grimper de 20% d’ici 2025. Ça aussi, c’est une promesse claire. Mais le reste de ses promesses a été déjà tenu lors de son dernier passage. »

Pour terminer, il dira ceci :  « Je considère que ce programme sera acclamé par les députés, parce que la rentrée du Premier ministre a prouvé à suffisance la sympathie et l’amour qui existent entre lui et les députés mais qu’à cela ne tienne, certains auront le courage d’aborder l’efficacité de cette politique mais aussi d’aborder la capacité d’innovation du gouvernement en matière de rationalisation, de transparence et de crédibilité dans la gestion publique. Parce que le goulot d’étranglement de cette gestion publique, c’est le manque de transparence, c’est la corruption et le non-respect des procédures et surtout le non-respect des codes de passation des marchés publics. »

 Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.