Dansa tire sur le FNDC : ‘’ils ont préparé l’opinion sans le savoir à une éventuelle candidature d’Alpha Condé’’

Print Friendly, PDF & Email

Intervenant ce lundi dans l’émission Espace Expression de la radio Espace, le président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG), Dansa Kourouma a sévèrement fustigé le combat que mène le Front National pour la Défense de la Constitution.

Déplorant ‘’la fusion’’ de la société civile aux partis politiques, le président du CNOSCG soutient l’idée selon laquelle les politiques ont fait échouer le combat du front.   

« Depuis un an et demi, on parle de quelque chose qui n’est pas encore matérialisée. En réalité, on a préparé l’opinion sans le savoir à une éventuelle candidature du président Alpha Condé. C’est une erreur politique que j’ai toujours dénoncée. C’était prématuré, populiste et prétentieux. En réalité, une organisation de la société civile, s’associer à des partis politiques pour une revendication sociale, cette revendication est biaisée…  Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Ce qui a amené beaucoup d’organisations à se replier au combat du FNDC », rappelle Dansa Kourouma. Et d’enfoncer le clou : « 1. Considérer le combat politique ou citoyen comme une religion, que de prêter serment sur le coran, ceux qui ne croyaient pas à cette façon de faire, ont replié. 2. l’adhésion au FNDC était considéré comme une allégeance à un de ses leaders. Cette caricature dans le combat citoyen est un échec ».

Poursuivant, il confie que par le passé en Guinée, une lutte plus organisée et plus décisive a été enclenchée contre le régime de Lansana Conté.

« Nous avons mené des combats plus important que ça en 2007. La stratégie utilisée par le FNDC n’était pas appropriée. J’ai eu l’impression que des egos personnels ont pris le dessus sur le caractère social du combat. Les partis politiques sont partis jusqu’à dire que la société civile ne peut pas mobiliser si elles ne sont pas avec nous. Il faut s’indigner. La meilleure manière de mener un combat de par mon expérience, il faut convaincre les citoyens sur les bien-fondé de votre lutte, ils y adhéreront librement. Si vous faites le dépositaire de ce combat, en réalité les gens ne vont pas vous suivre », souligne le président du CNOSCG.

Mohamed Cissé   

        

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.