Décès de M’mah Sylla : des activistes pour la cause féminine se font entendre

Print Friendly, PDF & Email

Victime de viol par des médecins dans une clinique à Enta (Conakry), la jeune dame nommée M’Mah Sylla a rendu l’âme le week-end dernier à Tunis. Ce, après avoir subie 7 interventions chirurgicales. Après ce décès, des activistes pour la cause féminine à Kankan ont exprimé leur indignation avant de demander justice pour la défunte. Fanta Camara, présidente du club des jeunes filles leaders de Kankan se dit profondément attristée par cette nouvelle et interpelle les jeunes filles à la dénonciation des cas de viol.

« Nous, les jeunes filles leaders sommes très tristes d’entendre cette nouvelle parce que c’est dur de savoir qu’une personne a été violée. Donc je pense qu’il est temps que nous brisons le tabou, que nous brisons le silence et que nous osons dénoncer les cas de viol parce qu’aujourd’hui, c’est M’mah Sylla la victime, demain ce sera qui ? »

C’est quasiment le même sentiment de désolation qui anime le président du collectif osons dénoncer le viol (CODEV), Facely Sanoh. « Je suis animé d’un sentiment de désolation, de tristesse et de déception face à cette actualité relative au décès de cette jeune dame nommée M’mah Sylla, qui a d’ailleurs trouvé la mort des suites de viol. Au regard de tout cela, je pense qu’aujourd’hui, nous devons protéger nos jeunes sœurs, nos femmes et nos mères. »

Kadé Nabé, du club des jeunes filles leaders de Kankan appelle les autorités afin que justice soit faite non seulement pour M’Mah Sylla mais aussi toutes les filles et femmes qui ont déjà été victimes de viol.

« Que  justice soit rendue pour M’mah Sylla mais aussi pour toutes les victimes de viol et pour toutes les filles du monde. Notre combat est de lutter pour ne plus entendre qu’une fille ou femme a été victime de viol. »

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.