Déclaration du ministre d’Etat aux Transports à l’occasion de la célébration de la journée africaine de la sécurité routière

Chers compatriotes, Mesdames et Messieurs, Comme il est de coutume, la Guinée, à l’instar des autres Etats membres de l’Union Africaine célébrera demain, 18 novembre 2018 la Journée Africaine de la Sécurité Routière, coïncidant avec la Journée Mondiale du Souvenir des Victimes de la Route ; sous le thème « les devoirs du citoyen face à l’insécurité routière ».

Pour instaurer la célébration de cette journée, l’Organisation des Nations Unies et l’Union Africaine sont parties de statistiques inquiétantes relatives aux accidents de la route. En effet selon les statistiques fournies par ces deux institutions, dans le monde, plus d’un million deux cent mille personnes (1.200.000) meurent chaque année dans des accidents de la route. Soixante cinq pour cent (65%) de ces victimes sont des piétons dont 35% d’enfants. Et plus de 30 millions de personnes sont gravement blessés et handicapées suite à un accident de la route. Dans la tranche d’âge allant de 5 à 44 ans, les accidents de la route sont la deuxième cause de décès.

Mesdames et Messieurs,

Notre pays, paie un lourd tribut à ce fléau aux conséquences socioéconomiques très graves. En effet, sur nos routes nous enregistrons tous les jours et de manière croissante des accidents de la route aussi graves les uns que les autres. Selon les statistiques non exhaustives des services spécialisés de la Police et de la Gendarmerie, 21 890 cas d’accidents se sont produits durant les cinq dernières années sur les routes guinéennes avec 2 781 tués et 13 711 blessés qui, parfois décèdent après ou se retrouvent handicapés à vie.

A cette occasion, Je tiens à évoquer un phénomène préoccupant qui est apparu dans notre pays ; celui de la prolifération des engins à deux roues et singulièrement des taxis-moto. En effet, malgré la réglementation en vigueur, il ne se passe pas un seul jour, sans qu’une moto ne fasse une victime qui n’est pas le plus souvent répertoriée au niveau des services de la Police et de Gendarmerie. C’est pourquoi, le Gouvernement en appelle à une prise de conscience des usagers, afin de réduire le nombre d’accidents sur les routes Guinéennes.

La Journée de demain sera l’occasion pour nous de réfléchir sur les multiples causes des accidents qui surviennent sur nos routes et de sensibiliser le public sur leurs incidences sanitaires, sociales et économiques pour que chacun adopte un comportement responsable sur la voie publique.

Chers compatriotes

Mesdames et Messieurs,

Il y’a une année, sur instruction de Monsieur le Président de la République notre pays organisait les « Etats Généraux de la Sécurité Routière » qui ont permis de poser le diagnostic de la sécurité routière dans son ensemble et faire des recommandations pertinentes.

Depuis, le Gouvernement a consenti en faveur de la sécurité routière des efforts pour réduire le nombre de blessés et de morts sur nos routes. Pour mieux maitriser les questions liées à la sécurité routière, le Gouvernement a pris une série de dispositions qui sont entre autres :

– la promulgation de la Loi portant Code de la Route de la République de Guinée,

– la Promulgation de la loi portant organisation du transport routier et des intermédiaires de transport ;

– l’obligation de l’usage de la ceinture de sécurité pour les passagers à l’avant des véhicules ;

– l’obligation du port du casque protecteur pour le motocycliste et son passager ;

– l’obligation de l’utilisation de dispositifs de pré signalisation des véhicules en détresse sur la voie publique ;

– la réglementation de l’arrimage des chargements sur les véhicules routiers ;

– l’interdiction du téléphone au volant ;

– l’interdiction du transport mixte ;

– la fixation des normes et les procédures du contrôle du gabarit, du poids et de la charge à l’essieu des véhicules.

– l’assurance obligatoire des véhicules

– la mise en place imminente d’un organe directeur de la sécurité routière dénommé Agence Guinéenne de Sécurité Routière « AGUISER », qui sera chargé de coordonner d’impulser et d’orienter les actions à mener en vue de l’amélioration de la sécurité routière dans notre pays.

Chers compatriotes,

Mesdames et Messieurs,

Nous pouvons éviter la survenue des accidents de la circulation routière, en agissant sans complaisance sur les facteurs de risque. Les efforts du Président de la République et du Gouvernement doivent être soutenus par tous, pour éviter que la route ne continue de tuer. La sécurité routière est ainsi l’affaire de tous : conducteurs, cyclistes, motocyclistes, piétons, jeunes et vieux, hommes et femmes ; chacun de nous doit apporter sa contribution pour protéger notre vie et celle des autres. J’exhorte chaque citoyen, chaque usager de la route, à un comportement qui nous impose une vigilance, une discipline et une responsabilité dans notre conduite sur la voie publique. Enfin, je lance un appel pressant à tous nos partenaires au développement, aux hommes de bonne volonté pour qu’ils soutiennent d’avantage les actions en faveur de la sécurité routière.

Je vous remercie

La Cellule de Communication du Gouvernement

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire