Décrispation du climat politique: le PADES de Ousmane Kaba plaide en faveur de la libération des détenus

Print Friendly, PDF & Email

Contrairement aux autres partis, le Parti des Démocrates pour l’espoir (PADES), dirigé par Dr Ousmane Kaba, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée, a tenu son assemblée générale le samedi 13 mars 2021 à Conakry. Les responsables de cette formation ont saisi l’occasion pour saluer la mémoire de l’écrivain guinéen Djibril Tamsir Niane et celle du Premier ministre ivoirien, Hamed Bakayoko, tous rappelés à Dieu et pour lesquels une minute silence a été observée à l’entame de l’assemblée. 

Par ailleurs, le sujet portant sur le dialogue national a été abordé. La mise en place par le président de la République d’un cadre permanent de dialogue politique et social a été commentée par le chargé des Affaires administratives du parti. « Nous avons estimé que c’est un acte éminemment important qui va dans le sens du renforcement du tissu social guinéen et surtout qui va contribuer au processus de réconciliation nationale dans notre pays. C’est important que les Guinéens puissent se parler. Aujourd’hui, l’atmosphère politique et sociale est véritablement tendue dans notre pays. Au-delà des mots, au-delà des paroles, il est important qu’on fasse cet acte et qu’on  crée les conditions qui puissent permettre aux Guinéens de s’asseoir autour de la table pour parler des véritables problèmes de développement de la Guinée parce qu’en réalité c’est ce qui importe : parler du progrès pour les Guinéens, du bien-être pour les Guinéens, des solutions qu’on pourrait apporter pour l’avenir et le devenir de nos enfants. Voici les vraies questions qui nous attendent mais qui ne sont pas pleinement débattues, pleinement mises en œuvre, parce que  nous sommes dans une situation extrêmement tendue », regrette Mohamed Kaba.

Selon lui, pour décrisper  l’atmosphère politique, il est nécessaire de libérer les détenus politiques. « Nous profitons de cette occasion pour demander aux autorités d’avoir des actes magnanimes. Et le premier acte serait la libération de toutes les personnes détenues pour leurs opinions. C’est important, ça va décrisper l’atmosphère politique et ça va permettre de se mettre autour de la table pour dialoguer. Parce que tous les grands conflits, toutes les guerres, tous les problèmes ont trouvé leurs solutions autour de la table », a-t-il mentionné.

Le sujet concernant l’éventuelle hausse du prix du carburant à la pompe annoncée par le chef de l’État après le mois de Ramadan et qui pourrait avoir des répercussions sur le prix des produits sur le marché a été également développé par Mohamed Kaba. « Il faut faire attention parce que la population souffre énormément. L’objectif de la politique, c’est le bonheur de la population », a-t-il indiqué.

MAK

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.