Connect with us

International

Démantèlement d’un important camp de migrants dans le nord-est de Paris

Published

on

Plusieurs centaines de migrants étaient évacués mardi matin du campement parisien de la Porte d’Aubervilliers, deux mois après le démantèlement d’un site voisin, pour répondre à la promesse du gouvernement de vider le nord-est parisien de ces camps insalubres.

Encadrés par un important dispositif policier, des migrants qui avaient planté des tentes ou monté des baraquements de fortune au bord du périphérique s’acheminaient dans le calme vers des bus à destination de gymnases ou de centres d’accueil franciliens. L’opération est menée par la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France.

Entre 900 et 1.800 personnes vivaient dans ce camp boueux aux allures de bidonville, selon un décompte fourni par la Préfecture de région.

Sous un vent glacial, des centaines de migrants partent avec le strict minimum dans des sacs, laissant derrière eux des tentes en vrac sur un terrain jonché de matelas, vélos et détritus.

Avec ses trois filles, Fatima, 38 ans, venue de Côte d’Ivoire, attend de monter dans un bus, en tenant sa poussette. “On dormait dans une tente, dans la saleté de ce camp. On va voir ce que la préfecture peut nous donner. Pour l’instant on ne sait rien du tout de ce qui va arriver, mais on garde espoir”, a-t-elle témoigné auprès de l’AFP.

Yssouf, lui aussi Ivoirien et âgé de 29 ans, vivait dans une tente depuis décembre. Il a déjà été hébergé dans un centre pour demandeurs d’asile mais a été débouté depuis et s’est retrouvé à la rue.

“Je suis soulagé de cette opération car le froid commence à être pesant. Je suis content de pouvoir bénéficier d’un hébergement même si je sais que ça ne va pas durer longtemps. C’est mieux que rien”, confie-t-il, en espérant “quand même qu’un hébergement pérenne va arriver”.

Le préfet de police Didier Lallement, présent, a souligné que cette opération d’évacuation “fait suite à celle de début novembre à la Porte de la Chapelle et se situe dans la continuité des engagements pris” par le ministre de l’Intérieur Christope Castaner.

– Fin du “cycle infini” –

“Cette mise à l’abri n’est pas une des nombreuses effectuées. J’ai proposé au ministre un changement d’approche” qui vise à “libérer la zone” une fois l’évacuation terminée, a-t-il ajouté.

“Vous pourrez constater qu’à la Chapelle le terrain est libre de toute installation. Nous allons procéder exactement de la même manière, avec un dispositif policier” pour empêcher des reformations de camps Porte d’Aubervilliers”, a-t-il poursuivi.

“Nous ne recommencerons pas un cycle infini évacuations/réinstallations. Ce serait incompréhensible pour les concitoyens”, a-t-il insisté, en soulignant que les camps de migrants sont “des lieux de pauvreté et de désespoir mais aussi de criminalité”.

La doctrine des autorités dans la gestion de ces campements a changé lors de l’évacuation d’environ 1.600 personnes à cheval sur Paris et la Seine-Saint-Denis, notamment à la Porte de la Chapelle, le 7 novembre.

Au lendemain de l’annonce du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, affirmant que ces sites allaient être évacués avant fin 2019, la préfecture de police avait prêté main forte à la Préfecture de région – qui gère d’ordinaire les mises à l’abri -, en opérant un tour de vis sécuritaire: plus aucune réinstallation sur la Porte de la Chapelle n’est possible depuis, en raison d’un imposant dispositif des forces de l’ordre.

Pour autant, avec cette opération, l’engagement du gouvernement n’est toujours pas tenu: dans les deux mois d’intervalle entre les deux démantèlements, environ 300 migrants se sont installés à la Villette, la Porte suivante.

Pour le préfet de police, Porte de la Villette “il y a malheureusement un déport” car des personnes en situation irrégulière quittent les centres d’hébergement.

Selon l’association Utopia56, d’aide aux migrants, les “blocages administratifs ont pour conséquence le maintien dans la rue d’une majorité des habitants des campements et donc la reformation inexorable de nouveaux campements après les démantèlements”.

L’évacuation du camp de la porte d’Aubervilliers est la 60e importante opération de mise à l’abri de migrants depuis 2015.

AFP

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Citation de la semaine 18 février 2020
    "Le cyclone Idai a tout détruit, nous n’avions rien. Alors, nous avons commencé à ramasser les plastiques pour gagner en peu d’argent" Pasika Gaspal, habitante de Beira (Mozambique)
  • L'UE va se déployer en Libye pour empêcher les livraisons d'armes 18 février 2020
    Les journaux allemands commentent l’accord trouvé lundi (17.02.2020) par l’Union européenne pour déployer des navires de guerre à l'est de la Libye afin d'empêcher les livraisons d'armes à ce pays. 
  • Niger : dix ans après son renversement, Mamadou Tanja a toujours des soutiens 18 février 2020
    Mamadou Tandja a été renversé par l’armée le 18 février 2010, . Ce troisième putsch, depuis la conférence nationale du 29 juillet 1991, a mis fin aux velléités de l’ancien président de vouloir se maintenir au pouvoir.
  • Racisme : Moussa Marega massivement soutenu au Portugal 18 février 2020
    Victime de cris racistes, Moussa Marega, avait quitté le terrain du Vitoria Guimarães. L'attaquant malien du FC Porto a été notamment soutenu par Marcelo Rebelo de Sousa, le président du Portugal.
  • Au Cameroun, l'impunité est la cause des violences contre les civils, selon HRW 17 février 2020
    La mort de plusieurs civils dans la zone anglophone vendredi (14.02.20) révèle une incapacité des dirigeants à juger les coupables, selon des ONG. Celles-ci demandent une enquête indépendante.
  • Au Mali, l'exploitation de l'or permet de financer les djihadistes 17 février 2020
    L’exploitation de l’or à Kidal (nord) a réduit considérablement le taux de banditisme dans la région. Mais elle permet aussi aux groupes armés et aux djihadistes souvent alliés à Al-Qaïda de se financer.
  • "Aujourd'hui, nous assistons à des attaques ciblées" (Marie-Noëlle Koyara, ministre de la défense de la RCA) 17 février 2020
    Au cours d’une interview qu’elle a accordée à la DW, la ministre centrafricaine de la défense, Marie-Noëlle Koyara, accuse les groupes armés de contrôler plusieurs régions riches en ressources naturelles.
  • Pourquoi les Européens se soucient de la Libye 17 février 2020
    L'Europe a décidé de déployer une nouvelle mission navale et contrôler l'embargo sur les armes imposé à la Libye. Mais les Etats n'accordent pas la même urgence aux préoccupations concernant l'Afrique.
  • La santé au Togo, un enjeu de la présidentielle 17 février 2020
    Depuis 2017, le Togo a engagé une réforme de son système sanitaire afin d’assainir le financement des hôpitaux publics et améliorer la qualité des soins. Mais les résultats obtenus jusque-là sont jugés très insuffisants.
  • Mike Pompeo survole le Sahel et se pose au Sénégal 17 février 2020
    Pour sa première visite en Afrique subsaharienne, le secrétaire d'Etat américain ne visite aucun des pays du Sahel touchés par le terrorisme. Il défend son choix du Sénégal comme une des destinations de ce voyage.
  • Agathon Rwasa candidat à la présidentielle au Burundi 16 février 2020
    Le Conseil national pour la liberté (CNL), principal parti d'opposition au Burundi, a désigné dimanche, son président Agathon Rwasa comme candidat à la présidentielle prévue le 20 mai 2020.
  • Saint Valentin, les hommes "sous pression" 14 février 2020
    Le 14 février est la fête de l'amour. C'est l'occasion pour les couples de se retrouver. Ils doivent souvent dépenser de l'argent pour les offres de différents magasins.
  • Omar el-Béchir bientôt à la CPI ? 14 février 2020
    La presse s’est intéressée cette semaine à l’invasion des criquets dans l’est de l'Afrique et à la possibilité d’une extradition à la Haye de l’ex-président soudanais Omar el-Béchir.
  • Le sexe dans tous ses états 14 février 2020
    Le magazine Santé démarre l'année sous la couette avec une série sur le sexe. Quatre émissions avec reportages et interviews pour en savoir plus sur les relations intimes et l'orgasme - et les moyens d'y parvenir.
  • L'armée malienne fait son retour à Kidal 14 février 2020
    L'armée malienne est enfin arrivée à Kidal ce jeudi (13.02.20), ville contrôlée depuis 2012 par la Coordination des mouvements de l'Azawad. Le détachement comprend près de 300 soldats.
  • Conférence de Munich : l’influence de l'Europe en débat 14 février 2020
    La perte d’influence de l’Occident semble s’imposer à cette conférence sur la sécurité. Mais les relations avec les Etats-Unis, le poids de Moscou et de Pékin, ainsi que la protection des données seront aussi discutés.
  • Es Tunis-Zamalek, alléchante affiche de Supercoupe de la CAF 14 février 2020
    Ce soir, à Doha (Qatar), le club tunisois (double tenant du titre en C1) affronte le géant cairote (vainqueur de la Coupe de la Confédération) dans un duel qui s'annonce passionnant.
  • Le calvaire des commerçants sur la route Abuja-Kaduna 13 février 2020
    Les villes nigérianes d'Abuja et de Kaduna sont distantes de seulement 200 km. L'insécurité sur le tronçon a conduit les autorités à installer une ligne aérienne. Or cette solution n'aide pas pour autant des commerçants.
  • Rester en exil ou rentrer ? Le dilemme des réfugiés burundais 13 février 2020
    Depuis que le parti au pouvoir au Burundi l'a choisi comme son candidat à la présidentielle, les regards se tournent vers Evariste Ndayishimiye. Certains exilés attendent des gestes clairs avant de décider de rentrer.
  • Bombardements alliés à Dresde, 75 ans déjà ! 13 février 2020
    L'Allemagne commémore ce jeudi 13 février 2020 le bombardement, il y a 75 ans, de la ville de Dresde. Un anniversaire marqué par des tentatives d'instrumentalisation de l'extrême droite.