Déroulement du double scrutin : les avis des observateurs africains, à Conakry

Print Friendly, PDF & Email

Présents en Guinée depuis quelques jours, plusieurs observateurs électoraux venant de différentes structures de la société civile africaines sont déployés ce dimanche, 22 mars, dans les bureaux de vote à Conakry et à l’intérieur du pays.

Venus très tôt au collège 2 Boulbinet pour assister au vote du chef de l’Etat, quelques chefs d’observateurs ont bien voulu nous livrer leurs premiers constats. Lisez !

Jean Marie NGONDJIBANGANGTE du plan international pour la démocratie et la paix en Afrique (PIDPA) : « Vous avez bien vu comment les gens ont suivi notre appel de Conakry jusqu’à l’intérieur du pays. Les nouvelles qui nous parviennent vu les observateurs que nous avons déployés dans toutes les régions, sont des bonnes nouvelles et les gens sont sortis massivement ce matin pour voter. Je pense que même ceux qui ne sont pas encore sortis, qu’ils sortent pour voter dans la tranquillité et surtout dans le climat de paix. »

Saidou Compaoré, chef de mission des observateurs de la société civile africaine : « Nos constats sont déjà très satisfaisants parce que nous avons vu l’engouement, la détermination et la volonté du peuple guinéen à aller s’exprimer. Parce qu’il n’y a pas plus démocratique que l’expression d’un peuple. Et c’est en cela que le peuple veut témoigner à l’opinion nationale et internationale qu’il n’y a que le peuple et le peuple seul qui est souverain et que la souveraineté n’est pas négociable. Jusque-là, nous sommes très satisfaits et les nouvelles qui nous parviennent de part et d’autres des observateurs que nous avons envoyés à l’intérieur sont bonnes. »

Philippe Yao Mensah chef de mission du consortium panafricain de la synergie de la société civile et de la diaspora africaine : « Notre constat est satisfaisant. Surtout je voudrais lancer ce petit appel aux Guinéens que la vraie démocratie se trouve dans les urnes et non dans le boycott. Donc, il est encore grand temps pour ceux qui n’ont pas encore décidé d’aller voter. Qu’ils sortent donc d’aller voter. On n’a pas encore fait la moitié de la journée. Ce que j’ai aussi remarqué, c’est que ce que nous entendions sur les  médiats quand nous étions à l’extérieur, c’est à peu près le contraire. »

Propos recueillis par Youssouf Keita

1 Commentaire
  1. 5etoile 5 mois il y a
    Repondre

    Vous redoutés la critique à cause de la controverse entre ceux qui sont circoncis et ceux qu’ils ne sont pas ?

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.