Des agents russes et français se faisaient passer pour des Africains sur Facebook

Print Friendly, PDF & Email

Facebook a accusé mardi des personnes liées à l’armée française d’avoir mené une opération d’influence secrète en ligne ciblant certaines parties de l’Afrique. C’est la première fois que Facebook lie publiquement une campagne comme celle-ci à des individus liés à une armée occidentale.

La compagnie américaine Facebook a annoncé mardi avoir démantelé trois réseaux de désinformation basés en occident visant des pays africains.

Dans son rapport, Facebook révèle que des individus affiliés à l’armée française et au gouvernement russe ont créé des faux profils à travers lesquels ils se faisaient passer pour des Africains.

“Nous avons supprimé 84 comptes, 6 pages, 9 groupes Facebook et 14 comptes Instagram pour avoir violé notre politique contre les comportements inauthentiques coordonnés”, a déclaré la compagnie basée à Menlo park, en Californie.

Selon Facebook, ces activités visaient “principalement la République centrafricaine et le Mali, et dans une moindre mesure le Niger, le Burkina Faso, l’Algérie, la Côte d’Ivoire et le Tchad.”

Deux de ces réseaux de faux profils ont été attribués à des personnes associées à l’Agence russe de Recherche sur Internet (ARI) et au sulfureux homme d’affaires Evguéni Prigojine, réputé proche du président russe Vladimir Poutine. Un troisième s’est avéré avoir “des liens avec des personnes associées à l’armée française”.

Selon Facebook, il n’est pas clair si l’opération était dirigée par l’armée française elle-même. La multinationale se limite à dire que les responsables de cette campagne de désinformation sont “connectés” à l’armée.

Ces comptes, selon Facebook, publiait du contenu “principalement en français et en arabe” sur l’actualité, y compris la politique de la France en Afrique, la situation sécuritaire dans divers pays africains, les allégations d’ingérence potentielle de la Russie dans les élections en Centrafrique.

Les Russes, à leur tour, critiquaient les Français.

“C’est la première fois que notre équipe découvre deux campagnes – de France et de Russie – qui interagissent activement l’une avec l’autre, notamment en se liant d’amitié, en commentant et en critiquant la partie adverse pour son faux”, a précisé Facebook.

Source : VOA

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.