Des bourses d’études à l’Enseignement Technique : un ouf de soulagement pour les élèves et leurs parents


C’est un ouf de soulagement pour les élèves inscrits dans les écoles techniques et professionnelles publiques en Guinée ainsi que leurs parents. A l’instar de leurs amis de l’Enseignement supérieur, ces élèves viennent de bénéficier également des bourses d’études et d’entretien grâce aux nombreuses réformes engagées par les responsables du département sous le leadership du Ministre, Alpha Bacar Barry.
Depuis samedi, 14 octobre 2022, il est institué en République de Guinée une bourse d’études et une bourse d’entretien au bénéfice des apprenants des institutions d’enseignement technique et de formation professionnelle publiques.
Dans le décret signé par le Chef de l’Etat, Colonel Mamadi Doumbouya, ces élèves pourront bénéficier désormais des montants qui varient selon les filières et les types d’écoles pratiquées.
Ainsi, le montant mensuel de la bourse d’entretien est de 150.000 GNF pour les élèves inscrits dans les écoles de santé et les autres filières ; 200.000 GNF pour ceux qui sont dans les écoles nationales d’agricultures et d’élevage (ENAE), les Ecoles régionales des arts et métiers (ERAM), le Centre d’Education à l’environnement et au développement (CEED), l’école nationale des agents techniques des eaux et forêts (ENATEF) et 250.000 GNF pour ceux des écoles normales d’instituteurs (ENI).
Cet acquis jugé très salutaire par l’opinion marque, encore une fois, si besoin en était, l’attachement du Chef de l’Etat, Colonel Mamadi Doumbouya, au secteur de l’éducation, notamment à l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle car, en plus de l’autorisation de poursuite des cours de façon gratuite dans les filières d’orientation disponibles, la bourse aidera les bénéficiaires à couvrir certains besoins fondamentaux tels que le transport, la restauration, l’hébergement et l’achat de certaines fournitures.
Avec une telle avancée, les nombreux élèves inscrits dans les écoles techniques et professionnelles ne pourront que se frotter les mains. Surtout, pour qui connaît les conditions de vie et d’études dans lesquelles bon nombre d’entre eux se trouvaient.
Le Service de la Communication

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.