Des ”mercenaires” guinéens à Bamako ? ‘’Alpha Condé l’a nié en bloc’’ dit Mariko

Print Friendly, PDF & Email

Lors d’une conférence de presse tenue au siège de son parti à Djélibougou, dans la commune 5 du district de Bamako, Dr Oumar Mariko se prononce sur les rumeurs qui circulent depuis près d’une semaine sur la prétendue présence de mercenaires guinéens et étrangers (ivoiriens, burkinabé et ceux parlant anglais) au Mali pour tuer les manifestants. L’opposant dit être prudent mais tout en cherchant la vérité. Pour lui, il ne faut pas accuser tel ou tel pour diluer le régime d’IBK.

« Nous appris également, qu’il y avait la présence de la Brigade anti-criminalité. Et que des snipers tiraient sur la foule, sachons que dans les dispositifs de FORSAT, il est prévu des snipers. Alors de l’autre côté, on nous a fait comprendre qu’il y avait des étrangers parce que les forces qui étaient là, parlaient anglais, parlaient d’autres langues, parlaient mossi, parce que quand on dit ‘’waka-waka’’, tout le monde sait que ça veut dire vient en mossi. Bon, il y a des Mossis en République du Mali. Sur les réseaux sociaux des informations font état d’Ahmed Bakayoko (Côte d’ivoire) parce qu’il faut qu’on se dise clairement ce sont des informations que nous n’avons pas vérifiées comme quoi c’est Hamed Bakayoko qui aurait négocié l’arrivée de l’armée missionnaires. Nous ne pouvons pas l’affirmer. Comme nous avons également appris par des gens que le Président Alpha Condé a envoyé des mercenaires en République du Mali. Là, nous avons cherché à comprendre. Là, le professeur Alpha Condé l’a nié en bloc. Là également nous avons lancé des informations au niveau des gens que nous connaissons à la douane, à Kourémalé, aux transitaires. Là également l’information n’a pas été du tout confirmée, nous avons également approché l’ambassade de Guinée, là également l’information n’a pas été confirmée. Nous sommes prudents, nous ne voulons pas mettre des luttes dans les luttes pour amener la confusion, pour diluer la responsabilité de nos dirigeants au Mali. Qu’Hamed Bakayoko envoie des gens, qu’Alpha Condé envoie des gens, ils passeront tous par le régime d’Ibrahim Boubacar Kéita. Ils ne le feront pas si le régime d’Ibrahim Boubacar Kéita ne donne pas mandat. Nous allons donc prendre acte de ce que nous avons appris en même temps vérifier, mais nous pensons qu’il ne faut pas se leurrer, IBK est responsable de cette situation-là », précise l’opposant malien, considéré comme très critique vis-à-vis du président Ibrahim Boubacar KeIta.

Moussa Oulen Traoré, correspondant à Bamako (Mali)

+22491895637

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.