Connect with us

Societé

Des ONG demandent justice huit ans après le massacre de 2009 en Guinée

Published

on

Pour le  huitième anniversaire du massacre, Human Rights Watch, Amnesty International et l’Association des Victimes, Parents et Ami-e-s du 28 Septembre 2009 demandent à la Guinée de “s’employer à rendre justice, à établir la vérité et dédommager les victimes pour les crimes graves commis”.

Cette ex-colonie française d’Afrique de l’Ouest a été régie par des pouvoirs autoritaires, voire dictatoriaux, jusqu’à l’élection en 2010 de l’ancien opposant historique Alpha Condé, qui n’a pas mis fin aux violences politiques souvent meurtrières.

Le 28 septembre 2009, des militaires avaient tué au moins 157 personnes et violé 109 femmes, dans un stade de Conakry où étaient rassemblés des milliers d’opposants à la candidature à l’élection présidentielle du chef de la junte de l’époque, Moussa Dadis Camara, selon une commission internationale d’enquête de l’ONU.

L’enquête sur les crimes menée par un groupe de juges d’instruction guinéens a été lancée en février 2010 mais elle n’a pas encore été finalisée, huit ans après que les crimes ont été commis.

“Les juges enquêtant sur le massacre du 28 septembre 2009 ont fait des progrès impressionnants”, a déclaré Elise Keppler, directrice adjointe du programme Justice internationale à Human Rights Watch.

“Mais l’enquête doit être terminée afin que les responsables du massacre du stade puissent être jugés sans plus tarder”.

Mis en accusation de protagonistes

L’enquête a progressé, surmontant les obstacles politiques, financiers et logistiques.

Des responsables de haut niveau, dont certains sont encore en fonction, ont été mis en accusation, notamment Moussa Dadis Camara, l’ancien chef de la junte du Conseil national de la démocratie et du développement qui gouvernait la Guinée en septembre 2009.

Son vice-président, Mamadouba Toto Camara. Abubakar “Toumba” Diakité, aide-de-camp de Moussa Dadis Camara, a également été inculpé et il a été extradé en Guinée en mars, après avoir été en fuite pendant plus de cinq ans.

Toutefois, plusieurs personnes qui font face à des accusations conservent encore des postes officiels influents en Guinée.

“Que des personnes soupçonnées de responsabilité pénale pour le massacre du stade continuent à occuper des postes officiels de haut niveau et de pouvoir est un affront envers les victimes et leurs familles et cela envoie le message négatif selon lequel l’impunité est tolérée en Guinée”, a déclaré François Patuel, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

“Toute personne faisant l’objet d’accusations devrait être mise en congé administratif jusqu’à ce qu’un jugement d’innocence ou de culpabilité soit rendu, afin d’assurer qu’elles n’utilisent pas leur position et leur influence pour porter atteinte aux procédures”.

Témoignages de 400 victimes

Les juges ont entendu le témoignage de plus de 400 victimes et des membres de leur famille et ils ont également interrogé des témoins, notamment des membres des services de sécurité.

Certains aspects de l’enquête sont en suspens, comme la localisation de fosses communes censées contenir les corps d’une centaine de victimes qui demeurent disparues à ce jour.

Plusieurs personnes ayant exercé des fonctions de haut niveau à l’époque n’ont été ni entendues ni poursuivies. Mais cela ne devrait pas être un motif pour que les autorités judiciaires guinéennes retardent l’achèvement de l’enquête.

“Les autorités guinéennes devraient également veiller à ce que les violations des droits humains et les abus commis depuis le massacre du stade, notamment environ 70 morts lors de manifestations, soient examinés de manière adéquate et que les responsables soient traduits en justice dans des procès équitables”, déclarent les organisations dans un communiqué.

La Cour pénale internationale (CPI), qui a ouvert un examen préliminaire sur la situation en Guinée en octobre 2009, a régulièrement rappelé au gouvernement guinéen son obligation de rendre justice pour les crimes de 2009.

La Commission internationale d’enquête, créée par le Secrétaire général des Nations Unies et chargée d’enquêter sur les événements de Conakry, a conclu que les massacres et autres actes de violence commis le 28 septembre et les jours suivants constituent des “crimes contre l’humanité”.

“Je n’arrive pas à surmonter ma souffrance”, a confié à Amnesty International l’une des victimes de viol. “Ma vie a volé en éclats. Le jour après que les soldats m’ont violée, mon mari nous a abandonnées ma fille et moi. La justice doit être rendue et les victimes doivent obtenir des réparations”.

“Les victimes des événements du 28 septembre ont subi les pires formes de brutalité et réclament des poursuites judiciaires depuis huit ans”, a déclaré Asmaou Diallo, de l’Association des Victimes, Parents et Ami-e-s du 28 Septembre 2009. “Les victimes méritent de voir progresser les rouages de la justice”.

AFP

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Citation de la semaine 18 février 2020
    "Le cyclone Idai a tout détruit, nous n’avions rien. Alors, nous avons commencé à ramasser les plastiques pour gagner en peu d’argent" Pasika Gaspal, habitante de Beira (Mozambique)
  • L'UE va se déployer en Libye pour empêcher les livraisons d'armes 18 février 2020
    Les journaux allemands commentent l’accord trouvé lundi (17.02.2020) par l’Union européenne pour déployer des navires de guerre à l'est de la Libye afin d'empêcher les livraisons d'armes à ce pays. 
  • Niger : dix ans après son renversement, Mamadou Tanja a toujours des soutiens 18 février 2020
    Mamadou Tandja a été renversé par l’armée le 18 février 2010, . Ce troisième putsch, depuis la conférence nationale du 29 juillet 1991, a mis fin aux velléités de l’ancien président de vouloir se maintenir au pouvoir.
  • Racisme : Moussa Marega massivement soutenu au Portugal 18 février 2020
    Victime de cris racistes, Moussa Marega, avait quitté le terrain du Vitoria Guimarães. L'attaquant malien du FC Porto a été notamment soutenu par Marcelo Rebelo de Sousa, le président du Portugal.
  • Au Cameroun, l'impunité est la cause des violences contre les civils, selon HRW 17 février 2020
    La mort de plusieurs civils dans la zone anglophone vendredi (14.02.20) révèle une incapacité des dirigeants à juger les coupables, selon des ONG. Celles-ci demandent une enquête indépendante.
  • Au Mali, l'exploitation de l'or permet de financer les djihadistes 17 février 2020
    L’exploitation de l’or à Kidal (nord) a réduit considérablement le taux de banditisme dans la région. Mais elle permet aussi aux groupes armés et aux djihadistes souvent alliés à Al-Qaïda de se financer.
  • "Aujourd'hui, nous assistons à des attaques ciblées" (Marie-Noëlle Koyara, ministre de la défense de la RCA) 17 février 2020
    Au cours d’une interview qu’elle a accordée à la DW, la ministre centrafricaine de la défense, Marie-Noëlle Koyara, accuse les groupes armés de contrôler plusieurs régions riches en ressources naturelles.
  • Pourquoi les Européens se soucient de la Libye 17 février 2020
    L'Europe a décidé de déployer une nouvelle mission navale et contrôler l'embargo sur les armes imposé à la Libye. Mais les Etats n'accordent pas la même urgence aux préoccupations concernant l'Afrique.
  • La santé au Togo, un enjeu de la présidentielle 17 février 2020
    Depuis 2017, le Togo a engagé une réforme de son système sanitaire afin d’assainir le financement des hôpitaux publics et améliorer la qualité des soins. Mais les résultats obtenus jusque-là sont jugés très insuffisants.
  • Mike Pompeo survole le Sahel et se pose au Sénégal 17 février 2020
    Pour sa première visite en Afrique subsaharienne, le secrétaire d'Etat américain ne visite aucun des pays du Sahel touchés par le terrorisme. Il défend son choix du Sénégal comme une des destinations de ce voyage.
  • Agathon Rwasa candidat à la présidentielle au Burundi 16 février 2020
    Le Conseil national pour la liberté (CNL), principal parti d'opposition au Burundi, a désigné dimanche, son président Agathon Rwasa comme candidat à la présidentielle prévue le 20 mai 2020.
  • Saint Valentin, les hommes "sous pression" 14 février 2020
    Le 14 février est la fête de l'amour. C'est l'occasion pour les couples de se retrouver. Ils doivent souvent dépenser de l'argent pour les offres de différents magasins.
  • Omar el-Béchir bientôt à la CPI ? 14 février 2020
    La presse s’est intéressée cette semaine à l’invasion des criquets dans l’est de l'Afrique et à la possibilité d’une extradition à la Haye de l’ex-président soudanais Omar el-Béchir.
  • Le sexe dans tous ses états 14 février 2020
    Le magazine Santé démarre l'année sous la couette avec une série sur le sexe. Quatre émissions avec reportages et interviews pour en savoir plus sur les relations intimes et l'orgasme - et les moyens d'y parvenir.
  • L'armée malienne fait son retour à Kidal 14 février 2020
    L'armée malienne est enfin arrivée à Kidal ce jeudi (13.02.20), ville contrôlée depuis 2012 par la Coordination des mouvements de l'Azawad. Le détachement comprend près de 300 soldats.
  • Conférence de Munich : l’influence de l'Europe en débat 14 février 2020
    La perte d’influence de l’Occident semble s’imposer à cette conférence sur la sécurité. Mais les relations avec les Etats-Unis, le poids de Moscou et de Pékin, ainsi que la protection des données seront aussi discutés.
  • Es Tunis-Zamalek, alléchante affiche de Supercoupe de la CAF 14 février 2020
    Ce soir, à Doha (Qatar), le club tunisois (double tenant du titre en C1) affronte le géant cairote (vainqueur de la Coupe de la Confédération) dans un duel qui s'annonce passionnant.
  • Le calvaire des commerçants sur la route Abuja-Kaduna 13 février 2020
    Les villes nigérianes d'Abuja et de Kaduna sont distantes de seulement 200 km. L'insécurité sur le tronçon a conduit les autorités à installer une ligne aérienne. Or cette solution n'aide pas pour autant des commerçants.
  • Rester en exil ou rentrer ? Le dilemme des réfugiés burundais 13 février 2020
    Depuis que le parti au pouvoir au Burundi l'a choisi comme son candidat à la présidentielle, les regards se tournent vers Evariste Ndayishimiye. Certains exilés attendent des gestes clairs avant de décider de rentrer.
  • Bombardements alliés à Dresde, 75 ans déjà ! 13 février 2020
    L'Allemagne commémore ce jeudi 13 février 2020 le bombardement, il y a 75 ans, de la ville de Dresde. Un anniversaire marqué par des tentatives d'instrumentalisation de l'extrême droite.