Des plateformes de la société civile opposées à toute dissolution de l’Assemblée nationale

Print Friendly, PDF & Email

Après la sortie médiatique de 15 organisations de la société civile guinéenne qui ont proposé la dissolution de l’assemblée nationale et la révision de la constitution pour une sortie de crise en Guinée, le collectif des plateformes des organisations de la société civile guinéenne à savoir CONASOC, PNAPIC, MAOG et alliance futuriste, dans une déclaration samedi à Conakry s’est désolidarisé de l’idée. En lieu et place, ces activistes ont proposé la composition d’un gouvernement de cohésion sociale pour une paix durable.

Dans la déclaration, lue par la porte- parole de circonstance, Saran Fofana, “le collectif des plateformes de la société civile se désolidarise de toute idée de dissolution d’une quelconque institution de la république qui pourrait être assimilée à un coup d’état institutionnel, pendant que la Guinée n’est pas en transition. Nous notons que ce comportement de positionnement est prétentieux, belliqueux, utopique et même anachronique”.

Conscient que le président élu est libre conformément à la constitution de former son gouvernement, ‘’le collectif des plateformes de la société civile guinéenne plaide pour la composition d’un gouvernement de cohésion sociale pour une paix durable. Il est inopportun d’envisager une quelque révision de la constitution actuelle. Cependant, le collectif des plateformes de la société civile guinéenne souhaite dans l’avenir, l’introduction de la candidature indépendante au cours d’une prochaine révision”.

Dans la même déclaration, le collectif qui a déploré les cas de mort lors des manifestations qu’a enregistrées le pays depuis 2007 a recommandé ” l’ouverture immédiate par le Premier ministre d’un cadre de dialogue qui prendra en compte la participation de tous les acteurs sociopolitiques ; la mise en place d’une commission d’enquête nationale pour examiner les exactions commises de 2007 à nos jours et ce, dans un bref délai dont la vice-présidence sera assurée de facto par la société civile“.

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.