Dinguiraye : Le préfet profite de la Tabaski pour aplanir les divergences entre les natifs de la ville.

Print Friendly, PDF & Email

En marge de la fête de Tabaski célébrée hier mardi 20 juillet, le préfet de Dinguiraye a conféré avec la notabilité de la ville à sa résidence. Ibrahima Barbosa Soumah a profité de l’occasion pour fustiger la division et la crise sociale qui secouent la ville depuis quelques années déjà.
Depuis sa prise de fonction, le préfet s’active pour aplanir les divergences entre les fils et citoyens résidants de la ville. Selon Ibrahima Barbosa Soumah, les foyers de tension persistent malgré les efforts consentis.
« Je suis là il y a quelques mois à peine. On a beaucoup parlé et on a présenté des pardons à tout le monde mais jusqu’à présent, il y a des foyers de tension. Il y a une méfiance des uns envers les autres. La ville est divisée. Ceux qui ne sont pas dans la division sont recroquevillés sur eux-mêmes. Il n’y a pas un esprit commun et on est entrain de détruire ce que nos aînés nous ont légués. Je pense que cette fête là va servir d’occasion pour chacun d’entre nous de jeter ça derrière et voir Dinguiraye avec optimisme pour qu’on se développe » a dénoncé Ibrahima Barbosa Soumah, le préfet de Dinguiraye.
Le premier responsable de l’administration préfectorale a réitéré sa volonté d’œuvrer pour la paix, la quiétude sociale et le développement de Dinguiraye. Pour le préfet, la fête de Tabaski qui réuni les fils et ressortissants de la ville est l’occasion opportune de réconcilier les natifs de la cité d’Elhadj Omar Tall.
« Cette autre fête se célèbre avec des innovations. Cette fois-ci, ceux sur lesquels nous comptons, ceux qui régulent notre vie ici, nos espoirs, les lumières de Dinguiraye qui sont entrain d’éclairer ailleurs, qui sont entrain de consolider la paix là-bas, qui sont entrain de développer là-bas sont parmi nous. Ils sont venus fêter avec nous. Ils sont venus pour qu’on parle de notre Dinguiraye. Ils savent ce qui se passe ici et ils ont eu un temps pour réfléchir. Je suis sûr que dans leurs gibecières, ils nous ont apporté des solutions. Nous, nous savons ici que ça ne va pas, que nous avons nos problèmes que nous n’arrivons pas à résoudre. Nous prions pour que leur venue nous apportent des solutions. En tous les cas, nous voulons le développement, nous voulons le bon vivre et nous aimons la paix. Nous voulons privilégier le dialogue mais un dialogue sincère. Il n’y a pas de dialogue sincère si on accepte pas de nous dire la vérité. C’est difficile mais il faut l’accepter. Vous ne l’accepter pas pour le préfet, pour le président Alpha Condé et son gouvernement. Vous l’accepter pour Dinguiraye. C’est Dinguiraye qui est votre dénominateur. Il faut qu’on se batte pour le dénominateur Dinguiraye soit ce que les autres pensent de Dinguiraye. Dinguiraye est une religieuse et la religion prône la paix, l’entente, la tolérance, le pardon, le bonheur pour tout le monde » a indiqué Ibrahima Barbosa Soumah.
Par ailleurs, le préfet a invité les natifs de Dinguiraye à enterrer la division pour ne pas dit-il la léguer aux futures générations.

Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.