Connect with us

Economie

Discours du Premier ministre Mamady Youla à l’occasion du 17è forum économique international sur l’Afrique…

Published

on

Paris, le 4 Octobre 2017 – Excellence Monsieur le Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire,

Mesdames et Messieurs les Ministres et Représentants de Gouvernements,

Monsieur le Secrétaire Général de l’OCDE,

Monsieur le Directeur Général de l’Agence Française de Développement,

Messieurs les Commissaires de l’Union Africaine et de la CEDEAO

Messieurs les Hauts Représentants et Cadres des Organisations Internationales

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Entreprise et Représentants du secteur privé

Distingués Invités,

Mesdames et Messieurs,

L’honneur m’échoit aujourd’hui de m’exprimer au nom de Son Excellence Professeur Alpha Condé, Président de la République de Guinée, Président en exercice de l’Union Africaine, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du 17ème forum économique international sur l’Afrique.

L’Afrique ne peut que se réjouir devant un tel événement, qui traduit la mobilisation active de la communauté internationale, autour des enjeux de l’industrialisation et de l’entrepreneuriat sur le continent.

Ce thème revêt en effet un caractère central, pour la transformation structurelle de nos économies et constitue un grand défi, pour l’amorce d’un véritable développement durable et inclusif.

Je voudrais exprimer devant cette tribune tout le plaisir et l’intérêt du Président de la République et de son Gouvernement à participer à un sommet qui replace la transformation de l’Afrique au cœur de l’agenda international.

J’aimerais adresser mes sincères remerciements à l’OCDE pour nous avoir invités à prendre part à cette importante rencontre sur le développement du continent. Je salue la constance de l’institution dans l’organisation annuelle de ce rendez-vous consacré à l’Afrique. C’est une démonstration de plus du rôle que joue le Centre de Développement de l’OCDE dans le débat sur le développement.

Mesdames et Messieurs,

L’industrialisation de l’Afrique constitue aujourd’hui une absolue nécessité sur les plans économique, sociale et politique pour nous les africains. Elle représente également un enjeu à caractère multidimensionnel qui s’impose à tous, bien au-delà de nos frontières. Les enjeux et les défis de l’industrialisation pour l’Afrique sont en effet multiples et complexes dans un contexte marqué par les effets de la mondialisation, de la volatilité souvent insoutenable des marchés pour nos économies, ainsi que la détérioration des termes de l’échange, favorisant la paupérisation de nos populations.

L’industrialisation est un réel défi, mais aussi une véritable opportunité pour l’Afrique. Il est impérieux que nous y concentrions tous nos efforts. Le secteur privé doit être placé au cœur de cette transformation. Et nous devons davantage appréhender l’entrepreneuriat comme un levier pour accélérer le processus d’industrialisation.

Mesdames et Messieurs,

Nous devons changer de paradigme.

En effet, la question centrale du développement ne peut trouver de réponse que dans un véritable processus de transformation structurelle des pays, à la fois économique et sociale.

Les politiques publiques se sont trop longtemps concentrées sur la satisfaction des besoins fondamentaux et pressants des populations pour lutter contre la pauvreté.

Cette approche présente des limites qui contrarient les perspectives de réelle transformation de l’Afrique.

Nous devons nous recentrer, d’abord et avant tout, sur l’industrialisation, seule véritable source de richesses durables et inclusives.

L’Europe, l’Amérique, la Chine, le Japon ou la République de Corée se sont développés en assurant la transformation de leurs économies.

L’Afrique ne peut et ne saurait y faire exception.

L’Afrique se développera par la structuration de ses systèmes de production, le développement de ses chaines de valeurs et son intégration dans les flux d’échanges commerciaux.

Par ailleurs, les stratégies d’industrialisation du 21e siècle doivent se montrer plus innovantes pour une industrialisation « propre ».

Il faut également dépasser les approches traditionnelles se limitant aux seules industries manufacturières, pour couvrir tous les secteurs porteurs de croissance et créateurs d’emplois.

Les modèles de réussite industrielle à travers le monde sont nombreux et doivent inspirer nos politiques, tout en les adaptant à la spécificité du contexte africain et en s’appuyant sur les nouvelles technologies.

Le Professeur Alpha Condé le répète souvent – je cite : « L’Afrique a raté les trois premières révolutions industrielles, il est impensable qu’elle puisse rater la quatrième ».

En effet, l’Afrique doit faire preuve d’innovation et de dynamisme pour réussir à transformer son énorme potentiel par le numérique.

Mesdames et Messieurs,

L’Afrique, riche de sa jeunesse, constitue un véritable vivier d’entrepreneurs pour nos économies, pour lesquelles le secteur informel reste un élément catalyseur, créateur d’emplois et de richesses.

La transition vers le formel reste un important défi pour l’émergence des champions de nos économies.

Cet entrepreneuriat reste cependant trop souvent circonscrit à des micro-entreprises (soit 90% du total des entreprises) et concentré dans les secteurs primaire et tertiaire.

Il est essentiel que les stratégies de développement reposent davantage sur l’émergence d’une classe d’entrepreneurs à fort potentiel qui puisse investir le secteur secondaire.

C’est le cœur de notre débat.

Selon un rapport du Boston Consulting Group, le succès des entreprises africaines performantes repose sur quatre avantages concurrentiels : leur focus sur le marché africain ; leur maîtrise de l’environnement industriel et de la chaine de valeur ; leur flexibilité, notamment en matière de standards et de mode de production ; et leur connaissance des marchés.

Autrement dit, l’Afrique entrepreneuriale présente des atouts pour participer au processus d’industrialisation.

Elle a démontré sa capacité à faire émerger des champions locaux, capables de concurrencer les plus grandes multinationales.

Pourquoi ne sont-ils pas plus nombreux ?

Cette question trouve l’essentiel de sa réponse dans les défis majeurs auxquels sont confrontés les entrepreneurs africains, notamment un accès limité aux financements, un déficit en main d’œuvre qualifiée, un coût élevé des facteurs de production et une étroitesse de leurs marchés.

Mesdames et Messieurs,

L’ampleur et la multitude des goulots d’étranglement sont de nature à très souvent décourager les initiatives en matière d’investissement dans le secteur industriel, qu’il s’agisse d’opérateurs économiques nationaux ou étrangers.

La qualité de l’environnement des affaires, le niveau des infrastructures, le dialogue entre le secteur privé et public, sont autant de freins à l’investissement privé.

Je voudrais mettre un accent particulier sur l’énergie avec quelques chiffres révélateurs :

Selon un rapport de McKinsey, la production actuelle de l’Afrique est de 28 Gigawatts (soit l’équivalent de la production de l’Argentine) pour un potentiel de production est de 1200 GW hors énergie solaire.

Les coupures de courant couteraient entre 2 et 4% de son PIB à l’Afrique.

Par conséquent, l’industrialisation et la transformation structurelle auxquelles nous aspirons est tributaire de notre accès à une énergie propre, abondante, stable et à moindre coût.

A l’instar de la politique menée par le Professeur Alpha Condé, les pays africains doivent apporter une réponse à la fois individuelle et collective au défi énergétique et en faire la priorité des priorités pour notre développement économique.

Les gouvernements ainsi que les partenaires doivent redoubler d’efforts pour créer un cadre propice à l’investissement en améliorant substantiellement l’environnement des affaires et le niveau des infrastructures.

En tant que gouvernements, nous devons reconnaître que le secteur privé constitue le moteur de nos économies et l’impliquer dans l’élaboration de nos politiques d’industrialisation.

Le déficit de concertation entre les gouvernements et le secteur privé local a en effet trop longtemps pesé sur l’efficacité de nos politiques.

Nous devons également promouvoir le regroupement des entreprises pour renforcer leur productivité et leur compétitivité, afin de favoriser leur développement sur les marchés nationaux, régionaux et internationaux.

Cela devra aussi passer par l’accélération de l’intégration de nos marchés.

En réponse au défi de l’accès au financement, nous devons intensifier nos efforts pour promouvoir les partenariats publics privés, le développement des marchés financiers ainsi que des instruments de financement sur mesure et innovants pour le développement des entreprises et la création de nouvelles activités à fort potentiel.

Nous devons promouvoir notamment le développement du capital risque ainsi que les autres formes de financements modernes des petites et moyennes entreprises.

Sur le plan des ressources humaines, les politiques publiques doivent renforcer les compétences et former une main d’œuvre et des gestionnaires répondant ainsi aux besoins du marché du travail.

Cela devra passer par une éducation qui transcende la théorie afin de dispenser aux élèves une formation technique et professionnelle, adossée à un apprentissage intensif, pour stimuler l’entrepreneuriat dans les secteurs à fort potentiel de croissance.

Pour permettre à nos entreprises d’être plus compétitives, nous devons investir dans l’innovation en mettant un accent sur la promotion et l’appui à la recherche et au développement.

Mesdames et Messieurs,

L’Afrique recèle d’immenses ressources naturelles mais continue à exporter ses matières premières sans transformation.

Il est important de souligner qu’en exportant ces produits bruts, nous exportons l’essentiel de notre potentiel de création de richesses et d’emplois.

La valorisation de nos matières premières reste donc un impératif.

En outre, les vicissitudes du climat et la volatilité des cours des matières premières continuent à affecter les perspectives de croissance du continent, en raison de sa dépendance vis-à-vis de l’agriculture et des exportations de produits de base.

Le besoin de diversifier la production et les exportations devient vital pour le progrès économique, la paix et la cohésion sociale en Afrique.

L’Afrique doit davantage travailler à l‘intégration des chaînes de valeur nationales et régionales, avant même d’intégrer les chaînes globales. Ceci va de pair avec le besoin de rationaliser les investissements en matière d’infrastructures, notamment dans les secteurs de l’énergie, des transports, en mutualisant les efforts de financement.

Mesdames et Messieurs,

Devant ces grands défis, il est très important que les pays d’Afrique adoptent une approche plus stratégique et inscrivent les politiques d’industrialisation dans un cadre intégré de développement, en réservant une place de premier plan au secteur privé.

Pour plus d’efficacité, il est donc nécessaire d’inscrire l’action publique et privée dans un cadre national, sous régional et régional, capable d’impulser une industrialisation rapide et soutenue.

Nous devons tous retenir que l’avenir industriel de l’Afrique reposera d’abord et avant tout sur l’industrialisation de son agriculture.

Après l’Europe, l’Asie, l’Afrique peut également devenir le troisième pôle de la production manufacturière et se hisser au rang d’une véritable puissance économique.

Dans cette perspective, la promotion de l’entrepreneuriat aura un effet catalyseur pour la transformation industrielle et l’emploi des jeunes, en tirant profit de notre dividende démographique.

Mesdames et Messieurs,

Dans ce contexte de mondialisation, nous devons mieux gouverner nos Etats et nos Institutions et mieux négocier nos partenariats.

En tant que Président en exercice de l’Union Africaine, le Professeur Alpha Condé réaffirme la détermination des leaders africains à conduire une réforme en profondeur de l’Institution et se félicite que l’Afrique parle désormais d’une seule voix.

L’industrialisation et la transformation structurelle de l’Afrique reste tributaire de l’intégration économique du continent que nous appelons de tous nos vœux.

Si nous réussissons à faire converger nos politiques et à contribuer à l’éclosion de véritables espaces sous régionaux, à investir dans le secteur privé en créant les conditions de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes, l’Afrique économique émergera durablement pour converger vers un développement intégral.

Au nom de Son Excellence Professeur Alpha Condé, Président de la République de Guinée, Président en exercice de l’Union Africaine, je souhaite plein succès aux travaux du 17ème forum économique sur l’Afrique.

Je vous remercie

Mamady Youla

Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.
  • Une affaire Skripal façon allemande 5 décembre 2019
    Deux employés de l'ambassade russe à Berlin déclarées personae non grata pour ne pas assez coopérer dans une enquête sur un meurtre commis en Allemagne, qui pourrait avoir été commandité en haut lieu.
  • Nouvelle arrestation d'un militant des droits de l'Homme au Tchad 5 décembre 2019
    D'abord interpellé pour diffamation, Mahamat Nour Ahmat Ibedou est désormais accusé de meurtre et tentative de meurtre. A N'Djamena, comme dans la diaspora, des voix s'élèvent pour dénoncer cette nouvelle arrestation.
  • "Il n'y a pas de complot extérieur contre l'Afrique" A. Ould Abdallah 5 décembre 2019
    Alors que le sentiment anti-français croît de nouveau au sein des populations dans le Sahel, Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, dénonce son instrumentalisation.
  • La place contestée de la Turquie au sein de l'OTAN 4 décembre 2019
    Malgré l'offensive unilatérale de l'armée turque au nord de la Syrie, Ankara reste un membre solide de l'OTAN.
  • Existe-t-il une complicité entre l'armée congolaise et les rebelles ADF ? 4 décembre 2019
    Le spécialiste des questions de sécurité Boniface Musavuli estime que les ADF actuels, accusés du massacre de centaines de civils, agiraient grâce à la complicité de certaines unités des FARDC.
  • L'OTAN en quête d'objectifs communs 4 décembre 2019
    Malgré la signature d'une déclaration finale, l'heure n'était pas à la fête au sommet des 70 ans de l'OTAN à Londres.
  • Tchad: un ex-Premier ministre incarcéré pour corruption 4 décembre 2019
    L’ancien Premier ministre Kalzeubé Payimi Deubet, secrétaire général de la présidence, est accusé de complicité d’escroquerie, d’abus de fonction et de tentative de détournement des deniers publics. Il a été incarcéré.
  • L'Allemagne attendue sur la crise anglophone au Cameroun 4 décembre 2019
    Le conflit dans les régions anglophones a forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile et fait plus de 3.000 morts. Après l'échec du dialogue national, la résolution de la crise pourrait venir de l'extérieur.
  • "La soumission n'est pas un choix pour moi" 4 décembre 2019
    Ce 4 décembre, la fondation Right Livelihood remet son prix 2019, souvent surnommé "prix Nobel alternatif". Cette année, le jury a choisi quatre militants pour être lauréats, parmi lesquels Aminatou Haidar.
  • PL : Manchester City ne lâche rien 4 décembre 2019
    Les Citizens se sont largement imposés à Burnley (1-4) et reviennent à huit points de Liverpool, qui affronte ce soir Everton dans le derby.