Disparition d’un camion de faux médicaments d’une valeur de 33 milliards : vers une grève des pharmaciens de Guinée 

Print Friendly, PDF & Email

Suite à la disparition dans les locaux de la gendarmerie de Matam d’un camion contenant près de 15 tonnes de faux médicaments, saisi le mois de décembre dernier, l’ordre national des pharmaciens de Guinée et le syndicat des pharmaciens et officines privées de Guinée (Syphog réuni au cours d’une assemblée extraordinaire a décidé de consulter la base avant toute décision d’aller en grève.

Selon la présidente de l’ordre national des pharmaciens de Guinée, Dr. Hawa Diakité, le camion qui contient des produits Meco et Disproham et qui avait pour destination la pharmacie Mallon de kankan et la localité de Senko, il y avait été décidé lors d’un conseil interministériel de son incinération. Et que les auteurs ont été arrêtés puis libérés. Cela malgré la plainte de l’ordre national des pharmaciens de Guinée.

“L’heure est grave. Des produits dont l’origine douteuse est confirmée sont saisis et libérés aux défis de nos lois et de notre réglementation, mettant en danger, la vie de nos populations, nos familles. Ces produits se retrouvent sur tous les circuits informels et de distribution du médicament, la vie de nos proches est en danger. (…) Le pharmacien est marginalisé et diabolisé. Son seul crime étant de manipuler dans la plus grande légalité, l’objet de toutes les convoitises : le médicament”, a déploré Dr Hawa Diakité.

Notre mission en tant qu’ordre national des pharmaciens n’est pas d’appeler à des journées “zéro pharmacie “, ajoute-t-elle. “Mais en tant que pharmaciens syndiqués, nous resterons solidaires aux décisions de cette assemblée et de notre syndicat”.

De côté du syndicat des pharmaciens de Guinée Dr Manizé Kolié de confier : ‘’n’ayons pas peur de ce qu’on va faire, ça va libérer la Guinée. Moi je vous propose la grève. J’ai tout fait pour rencontrer le président de la République mais impossible. Et j’en suis sûr qu’il n’est pas au courant de la disparition de ce camion de médicaments de 33 milliards de francs guinéens”.

Après avoir entendu la base dont la majorité est pour le déclenchement d’une grève, l’ordre national des pharmaciens de Guinée et le syndicat des pharmaciens et officines privées de Guinée ont décidé de s’abstenir de la lecture du préavis de grève qui était prévue. Ils veulent dabord épuiser tous les moyens légaux avant d’aller en grève.

Elisa Camara 

+224654957322

 

1 Commentaire
  1. CONDÉ ABOU 1 an il y a
    Repondre

    C’est extrêmement grave pour la santé publique et pour l’avenir même de l’ensemble de la profession des pharmaciens et laborantins de Guinée.

    Une profession aussi laborieuse, qui paie impôts et taxes, emploie beaucoup de main d’oeuvre, et doit faire face aux engagements financiers énormes devant les banques commerciales et les fournisseurs internationaux !

    Non, c’est inacceptable de laisser ruiner tout un secteur créateur de richesse pour le pays, comme les pharmacies, les laboratoires, les délégations médicales, et tous les autres intermédiaires actifs.

    Comment peut-on investir dans les filières de la pharmacie et des laboratoires dans des conditions aussi injustes et désastreuses en violation des Lois de la Republique ?

    C’est la santé publique dans le pays qui est ainsi menacée dangereusement. Ce sont des milliers d’emplois qui sont mis en péril, et des centaines d’entrepreneurs de la profession qui risquent de ne pas pouvoir payer leurs dettes vis-à-vis des banques, de l’Etat et des principaux créanciers étrangers et privés nationaux.

    Comment accepter un banditisme aussi cruel et inhumain pour ruiner toute une profession libérale ? C’est inacceptable et dangereux pour l’avenir de l’investissement privé en Guinée. Le Gouvernement devrait agir vite pour sauver la profession du peril qui le guette.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.