Disparu depuis 3 mois, un petit garçon de 7 ans a été remis à ses parents par les services de l’OPROGEM 

Print Friendly, PDF & Email

Un petit garçon de 7 ans disparu depuis 3 mois environ vient d’être retrouvé par ses parents. De parents divorcés, le petit garçon qui se trouvait sous la garde de son père avant sa disparition a été retrouvé grâce à une ONG chargée de recueillir les enfants de la rue ou ceux disparus.

À en croire la Directrice Générale adjointe de l’OPROGEM Marie Gomez, ce n’est que le mercredi 19 août 2020 que les parents du petit garçon sont allés déclarer la disparition de leur fils à leur service.

« Cet enfant qui a disparu depuis 3 mois, l’enfant se trouvait au niveau de SOS mineur où il était gardé. C’est seulement hier que les parents sont venus faire une déclaration chez nous. Et comme nous sommes en partenariat avec cette ONG, dès qu’ils reçoivent les enfants disparus, ils nous balancent les photos. C’est ainsi que nous avons sortis les images pour leur faire voir et effectivement ils ont reconnu leur enfant », Marie Gomez de l’OPROGEM.

Poursuivant, elle demande aux parents d’être beaucoup plus vigilants envers leurs enfants.

 « Nous demandons une vigilance du côté des parents. Les parents doivent être très vigilants parce que ce sont des tout-petits. Lorsque vos enfants disparaissent, venez au niveau de l’OPROGEM faire une déclaration de disparition. Comme nous sommes en partenariat avec beaucoup d’ONGs et beaucoup d’orphelinats, l’enfant peut être retrouvé par une tiers personne et lorsqu’il est dirigé vers un orphelinat, eux ils sont en contact avec nous et là on peut facilement retrouver les enfants disparus », dira-t-elle. 

De poursuivre : « Et lorsque les cas de viol sont perpétrés dans les familles, n’hésitez pas, venez dénoncer au niveau des services de police les plus proches. Dans tous les commissariats, nous avons nos représentants, alors n’hésitez pas et n’acceptez pas aussi d’arranger au niveau de la famille. Venez pour que la victime soit rétablie dans ses droits du côté pénal mais aussi du côté médical », conclut-elle. 

 Maciré Camara 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.