Dissolution de l’Assemblée : Embaló essuie son premier échec

Print Friendly, PDF & Email

La Guinée-Bissau renoue-t-elle avec ses vieux démons ? Selon le site d’informations sénégalais DakarActu, la décision du président de la République de Guinée-Bissau Umaro Sissoco Embaló, de dissoudre le parlement n’est pas partagée par la classe politique et par les parlementaires. Le Chef de l’État a été désapprouvé par des députés du Madem (G15), la coalition qui l’a porté au pouvoir. Son projet de loi a été rejeté à l’hémicycle, informe le journal sénégalais.   

Le PAIGC, parti de l’opposition, est catégorique. Cyprien Cassama, aussi premier vice-président du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) estime qu’il n’y a pas de crise au parlement comme le prétend le président de la République. Et le Madem (G15) a affirmé qu’ « il n’y avait aucune raison de dissolution du Parlement, considérant que toutes les institutions d’État fonctionnent.  Il n’y a rien de notre point de vue pour le moment qui justifie la dissolution de l’Assemblée nationale populaire », a déclaré Braima Camará, coordinateur de Madem-G15 et député, cité par DakarActu. Cette différence de points de vue ne signifie pas l’inimitié, les insultes, la violence ».

Plus loin, DakarActu rapporte que le Secrétaire général du Parti du Rénovation Sociale (PRS) Florentino Mendes Pereira a joué la carte de la prudence dans cette affaire. Soulignant qu’il y a eu des remous à l’hémicycle et le président s’est inquiété de certaines réactions et pense qu’il devrait y avoir une certaine modération pour continuer à travailler dans la stabilité.

Mediaguinee (avec DakarActu)

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.