District de Kassonyah: « un centre de santé pour plus de 12 000 habitants » (conseil de district)

Le district de Kassonyah, relevant de la commune rurale de Manéah, dans la préfecture de Coyah et situé à 37 kilomètres de la capitale Conakry, souffre de plusieurs années de problèmes d’infrastructures sociales de base.


Pas besoin de parcourir plusieurs kilomètres dans le district pour constater la dégradation de la route. A l’entrée principale du district, l’on constate des nids de poule. Et le pont qui relie le district au Kilomètre 36 est quasiment impraticable lors des fortes pluies ou la montée de la marée chaque soir.

« Chez nous ici, c’est presque impossible de pratiquer cette route. Dès qu’il pleut, automatiquement on sait que dans les trois (3) heures qui suivent, on ne peut aller ni au marché ou vaquer à nos activités paisiblement au risque de se retrouver dans l’eau. Nous qui ne pouvons pas rester sans traverser, il nous faut contourner parfois jusqu’au niveau de la route qui passe vers Coyah », explique Fatou Camara.

Avec à peine deux (02) mètres de hauteur, le pont répond difficilement aux attentes des riverains, au risque de créer des dommages.
« Depuis près de 35 ans, la population utilise ce pont. Malgré de nombreuses modifications, il ne peut que supporter les petits voitures. Pourtant aujourd’hui, le nombre de la population a multiplié de 10 fois au moins. Depuis ce temps, c’est toujours la même capacité qu’il a tandis que désormais l’eau monte jusqu’à couvrir même les barres de fer du pont, chose qui occasionne des interminables accidents » s’indigne Abou Disté Sylla, le secrétaire du bureau de district de Kassonyah.

Selon lui, pour les 12 000 habitants du district, il n’y a qu’une seule structure sanitaire publique et cela avec des conditions peu commodes.
« nous n’avons qu’un seul centre de santé mais qui est très peu équipé aussi. Donc, si nous avons des cas d’urgence ici, on est tenu obliger d’envoyer nos malades vers Conakry », souligne Abou Disté Sylla avant d’ajouter « à défaut de cela, il faut se contenter des cliniques qui sont là mais dans ce cas, c’est les moyens qu’il faut débourser ».

Par ailleurs, le district de Kassonyah compte plus de 1 200 élèves répartis en trois groupes pédagogiques et ce pour un seul établissement public.
« Dans notre établissement, nous avons près de 1 219 élèves sans compter les nouveaux arrivants dont on a pas terminé l’enregistrement mais, nous n’avons que 9 salles de classes comme vous le constatez », a laissé entendre Thierno Oumar Baldé, le Directeur de l’école primaire de Kassonyah.
Selon lui, dans chaque classe, il y a plus de 60 élèves qui sont obligés d’être à trois (3) par banc.
« Tenez vous bien, quand ils dépassent ce niveau, c’est obligatoire qu’ils traversent pour aller faire le Collège vers Lansanayah ou rallier les établissements privés », déplore Thierno Oumar Baldé.

Cependant, à plusieurs reprises, les autorités ont rallié le district pour un éventuel changement des conditions de vie des habitants de Kassonyah mais jusque là, les problèmes persistent.

Mayi Cissé, de retour de Kassonyah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.