Dors en paix mon ami, mon frère Mamadou Dian Pounthioun Diallo (Abdoulaye Condé)

Print Friendly, PDF & Email

Hommage à un baobab de la Presse privée

Je suis encore sous le choc de ce foudroyant appel de Top Abdoulaye Sylla, ce Jeudi 12 août 2021 à 17 heures 57, confirmé quelques minutes après par un post de Abdoulaye Sankara alias Abou Maco à 18 heures 15, m’annonçant le rappel à DIEU, le lundi 09 août 2021 à Kindia, de notre ami, frère et collègue Mamadou Dian Pounthioun Diallo alias Ngunza Karli Bond, grande figure de la Presse indépendante Guinéenne, ancien grand rédacteur de nombreux organes, ancien Secrétaire Général de la rédaction du Journal “L’Indépendant.
Rien, en effet, ne pouvait me faire penser que cette fatalité allait survenir maintenant.


Et pourtant, à ta manière sans doute, tu as tenu à m’alerter à travers ce SMS reçu le samedi 05 juin 2021 à 17 heures 37 précisément : ” JE SUIS ADMIS À L’HOPITAL DE KÉROUANÉ DEPUIS LE 2 JUIN SANS AMÉLIORATION. J’ENVISAGE D’ALLER A KINDIA. SUIS FATIGUÉ MON AMI.” Cependant, nos conversations téléphoniques qui ont suivi ton admission à l’hôpital régional de Kindia m’avaient donné le sentiment que le mal, qui a malheureusement eu raison de toi, allait être vaincu et que tu aurais revu ta Maman et Kerouané où tu as élu domicile et où tu semblais jouir d’une nouvelle vie paisible et plus affective depuis quelques années, depuis la destruction ton habitation à Kipe. J’espérais également à des retrouvailles chaleureuses avec tes amis, frères et collègues à Conakry.
Mais, DIEU en a décidé autrement. Rendons grâce à DIEU. LOUANGE et GRANDEUR À DIEU.
Oui, nous ne verrons plus Mamadou Dian Pountchoun Diallo, mais bien de souvenirs et œuvres immortalisent l’un des pionniers de la presse indépendante Guinéenne.
À chaud, difficile d’être complet sinon précis sur ce qu’a représenté ou apporté Mamadou Dian à l’espace médiatique Guinéen dans le contexte du multipartisme naissant au tout début des années 90.
Sur ce registre, l’histoire retiendra qu’il aura été l’un des initiateurs de la vocation plurielle de la presse. À ce titre, un acteur médiatique de la lutte pour les libertés publiques et du processus de démocratisation de la Guinée, mais aussi de la moralisation de la gestion des deniers publics.
Au journal L’Indépendant de l’actuel ministre de l’enseignement supérieur, AboubacarSylla, avec le rédacteur en chef Tity Faye, les journalistes feu Biram Sacko, feu Aboubacar Condé, El Bechir Diallo Albassirou Diallo, Abdoulaye Top Sylla, Aladji Cellou, Thierno Sadou Bah, Tibou Kamara, Abdoulaye Sankara, Thiernodjo Diallo Bebel, Sekouba Souare, Moussa Cissé, Jean Raymond Soumah, Saliou Samb, il a été de tous les rendez-vous des grandes interviews qui ont vu défilé à la rédaction tous les leaders politiques et syndicaux charismatiques, significatifs et moins influents de l’époque : Elhadj Boubacar Biro Diallo du PUP, feu Aboubacar Sompare du PUP, feu Bah Mamadou de l’UNR, feu Siradiou Diallo du PRP, Alpha Condé du RPG, feu Jean Marie Doré de L’UPG etc. mais aussi des ministres, hauts cadres et diplomates accrédités en Guinée.
Secrétaire Général de la rédaction, il a souvent eu la cruciale tâche de retenir la version finale des propos recueillis. Généralement, les invités ont reconnu la fidélité des interviews.
Mamadou Dian a également suivi et couvert les grands événements socio-économiques du pays comme les différentes élections présidentielles et législatives, les travaux parlementaires, les rapports avec les bailleurs de fonds notamment les différents programmes avec le FMI et la Banque Mondiale ou la lutte declenchée par Kassory Fofana, alors ministre des finances, contre les scandales financiers qui a eclaboussé de nombreux hauts cadres radiés à l’époque des effectifs de la fonction publique et opérateurs économiques véreux.
La grande qualité de Mamadou Dian était son esprit d’indépendance qui lui permettait d’entretenir des relations aussi contradictoires et complexes que celles avec le très Conteïste feu Almamy Fodé Sylla, ancien Secrétaire Général de la présidence et le farouche opposant Alpha Condé. Il a été l’un des très rares journalistes à assister à l’unique rencontre et poignée de main entre le Président Lansana Conté et le le leader du RPG Alpha Condé quand ce dernier en 1994 ou 1995 est allé exprimé sa compassion au premier suite au décès de sa maman dans son village à Wawa.
Suite à un article de JA sous la plume de feu Sennen Andriamirado, après la mutinerie de février 1996, indexant Alpha Condé comme le seul leader politique à avoir des connexions dans les camps militaires, c’est Mamadou Dian Pountchoun Diallo qui a informé le leader du RPG sur la source de cette information.
Physiquement frêle voire maladif, Mamadou Dian Diallo, n’en demeure pas moins un baobab de l’histoire de la presse indépendante Guinéenne.
Il était avant tout un journaliste inspiré, créatif, réactif et rigoureux. Inflexible et intraitable sur la qualité rédactionnelle et la clarté des articles proposés, il était également bienveillant à l’égard des jeunes rédacteurs et stagiaires pas tooujours précis dans les textes de reportages.
Après le limogeage controversé de Cellou Dalein Diallo de la Primature en 2006, c’est Mamadou Dian Pountchoun Diallo qui a trouvé la chute de mon long article sur cet événement : “Seuls Lansana Conté et Cellou Dalein Diallo peuvent dire la vérité sur ce décret à l’origine du limogeage du Premier ministre “.
Je me souviens, un jour souriant, quand le Général Mamadou Baldé nous a révélé la signification du nom Pountchoun donné à son village. Il s’agit en fait d’un fleuve dans lequel les passant pataugent.
Lors de la rencontre organisée avec la presse, le Président de la République avait donné des instructions afin que son ami de longue date soit bien traité.

Personnellement, je perd un ami, un frère adopté par son sens du professionnalisme, son amour pour le travail bien fait, un ami chez lequel j’aimais prendre le repos à mes heures perdues à Hafia. Des amitiés nouées à L’Indépendant à Kindia où il a rejoint sa dernière demeure, le mardi 10 août, en passant par des programmes communs de travail, des sorties récréatives, nombreuses cérémonies personnelles ou familiales comme le baptême de ma fille Hadja Fatoumata Conde, ce collège, cet ami, ce frère m’a jamais quitté sauf pour le dernier voyage.

Reposes en Paix Mamadou Dian Pounthioun Diallo. VEUILLE ALLAH, NOTRE CRÉATEUR, l’accueillir dans son éternel Paradis. Amen

Abdoulaye Condé

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.