Dossier massacre du 28 septembre : ce que les avocats de Toumba attendent de la Cour suprême

Print Friendly, PDF & Email

C’est une bonne nouvelle pour les avocats qui assurent la défense du commandant Aboubacar Toumba Diakité.  La chambre pénale de la cour suprême,  la plus haute juridiction du pays, accepte de statuer sur la demande de la mise en liberté conditionnelle de l’ex-aide de camp du capitaine Dadis Camara.

Cité dans le dossier “des massacres du 28 septembre 2009”, commandant Aboubacar Toumba Diakité croupit en prison depuis plus de quatre ans.  Les avocats de la défense ont mené beaucoup de démarches devant les juges en charge du dossier pour obtenir ne serait-ce qu’une simple liberté conditionnelle pour l’ex-aide de camp de l’ancien chef de la junte militaire, mais en vain.  Après de longues années d’attente,  la cour suprême a enfin décidé de situer Toumba sur son sort le 02 mars prochain en ce qui concerne la demande de mise en liberté sous conditions adressée par ses avocats. Me Paul Yomba Kourouma reste convaincu que la cour suprême va appliquer la loi et rien que la loi. « La cour suprême est constituée de magistrats hors pair,  des magistrats au-dessus de la mêlée,  des magistrats dont les décisions font œuvre de jurisprudence. Donc, ce sont des magistrats qui ne jouent pas avec le droit. Nous savons qu’ils vont appliquer la loi, rien que la loi, puisqu’elle est une juridiction de censure.  Et elle va censurer les tares et insuffisances qui ont caractérisé les décisions successives des tribunaux de base jusqu’à la cour d’Appel.  Nous croyons que le droit sera dit tout court », a-t-il souhaité. 

Le commandant Toumba Diakité sera-t-il traité de la même façon que  certains de ses co-accusés qui sont aujourd’hui libres de tout mouvement ? L’avenir nous le dira.

Yamoussa Camara 

657851102

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.