Dossier Zogota : le collectif des avocats et activistes interpellent l’Etat pour que lumière soit faite

Print Friendly, PDF & Email

Ce massacre remonte depuis 2012, précisément dans la nuit du 3 au 4 août dans les bandes d’une heure du matin que les citoyens de Zogota ont été réveillés dans leur sommeil par les coups de fusils des forces de l’ordre.

Près de 10 ans, cette affaire est sans suite par l’Etat guinéen qui n’a engagé aucune procédure pour situer les responsabilités afin de faire la lumière sur ce dossier qui a fait 5 morts, des blessés et des dégâts importants.

Pour donc dénoncer le silence des autorités judiciaires, le pool d’avocats, les organisations  de défense des droits de l’homme y compris les activistes de la société ont fait un communiqué de presse ce mercredi à la maison du paysan.

« Par le refus de l’Etat guinéen à faire toute la lumière dans cette affaire, le pool d’avocats, avait saisi la Cour de justice de la CEDEAO. Cette juridiction sous-régionale avait  condamné L’Etat guinéen le 10 novembre 2020 au paiement 3 600 000 000 GNF aux victimes et 225 000 000 GNF à titre de dommages et intérêts. Mais malheureusement pour les victimes, l’Etat  n’a exécuté aucune disposition de l’arrêt de la Cour de justice et n’a fourni aucun effort pour faire juger les auteurs de cette atrocité ».

Les victimes de Zogota célèbrent donc ce jeudi les 10 ans de cet événement dans la douleur dans leur localité en attendant la tenue probable de ce procès qui n’a que trop duré. 

Voici le communiqué de presse du pool des avocats ci dessous.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.