Dr Abdoulaye Koïta : il faut profiter des sources d’énergie locales pour satisfaire le besoin énergétique de la Guinée (interview)

Print Friendly, PDF & Email

Abdoulaye Koita, est Docteur de l’Université Le Havre Normandie en Génie électrique (Maitrise et stockage des énergies renouvelables). Il est né à Siguiri ou il a passé ses études pré-universitaires. Après le Baccalauréat, il est orienté à l’école préparatoire aux grandes écoles d’ingénieur de Foulayah où il a passé les deux années de prépa avant de rejoindre la France. Là, il reprend le cycle universitaire en Génie électrique pour le sanctionner par un doctorat. Il a accepté de répondre à nos questions pour évoquer sa thèse, ce que celle-ci peut apporter à un pays comme le nôtre. Dans cet entretien, le Génie du Génie électrique se prononce aussi sur son entrée ou pas au sein du gouvernement et l’appel qu’il lance en l’endroit des jeunes guinéens.


 
Mediaguinee: Dr Koita, vous avez soutenu votre thèse avec brio à l’université de Havre Normandie. Quel est le sentiment qui vous anime aujourd’hui après avoir obtenu ce grade de docteur dans un domaine aussi pointu ?

 
Dr Abdoulaye Koïta
: Certes ce grade n’est pas une fin en soi, mais il s’agit d’un aboutissement très important pour moi. Alors c’est un sentiment de joie et de fierté. Comme vous l’avez dit, c’est vrai que c’est un domaine qui demande pas mal d’exigence, mais qui reste relativement abordable.
 
Mediaguinee.com : Pouvez-vous décrire les travaux qui vous ont mené à l’obtention de ce diplôme post-universitaire
?
 
Dr Abdoulaye Koïta
: Concrètement, il était question d’évaluer dans quelle mesure l’hydrogène en tant que vecteur énergétique peut apporter une amélioration dans l’exploitation des parcs d’énergie de sources variables, en l’occurrence les éoliennes. Initialement, il est question de trouver des sources d’énergie alternatives pouvant remplacer les sources d’énergies fossiles (Pétrole, charbon, gaz). Les solutions proposées sont des sources d’énergie dites renouvelables (solaire, éolienne, hydrauliques, biomasses, géothermique). Malheureusement ces dernières ne sont pas toujours disponibles et sont variables lorsqu’elles sont disponibles. D’où la nécessité de les stocker lorsqu’elles sont disponibles en excès et les utiliser lorsqu’elles ne sont plus ou peu disponibles. Parmi les solutions potentielles, j’ai eu à travailler sur le stockage par voie chimique, en l’occurrence l’hydrogène, un moyen de stockage qui suscite bien d’intérêt aujourd’hui dans le monde. L’un des objectifs consiste à produire de l’hydrogène à partir d’un électrolyseur en utilisant l’énergie supplémentaire produit lorsqu’il y a trop de vent ou moins de consommation. Cet hydrogène (vecteur énergétique) est stocké et reconverti en électricité via une pile à combustible lorsqu’il n’y a pas assez de vent ou lorsqu’il y a plus de consommation selon des scenarios jugés réalistes. Les études réalisées sur la base de ces hypothèses ont permis de montrer la flexibilité que ce vecteur énergétique (hydrogène) peut apporter comme amélioration dans l’exploitation des parcs éoliens en termes de lissage de la production et la participation à part entière de l’ensemble (parc éolien + système de stockage) au service réseau. Pour finir, une analyse comparative utilisant un indicateur économique qui est le LCOE (Levelized Cost Of Energie) a été utilisé dans le but de fournir un document d’aide à la décision.
 
Mediaguinee.com : Qu’est ce que tout ceci peut apporter à notre cher pays la Guinée ?
 
Dr Abdoulaye Koïta : Une très bonne question. D’abord, il faut comprendre que lorsqu’une personne est graduée docteur dans un domaine comme le Génie électrique par exemple, cela suppose qu’elle a acquise une base suffisamment solide pour étudier les questions relatives au Génie électrique, encore plus sur le sujet qu’elle a eu à traiter lors de sa thèse. Aujourd’hui, je suis reconnu par mes pairs comme une personne suffisamment outillé pour traiter les problèmes du Génie électrique dans sa globalité. Mais encore mieux la question de la maitrise et du stockage des énergies renouvelables. La particularité de mon statut est que j’ai d’abord un Master 2 dans la spécialité Efficacité Energétique Industrielle pour laquelle je suis sorti 2-ème majeur de ma promotion. Ce qui m’a permis d’être déjà bien outillé face aux questions énergétiques. Par la suite, j’ai passé ma thèse sur le même volet. Tout ceci me permet de prétendre modestement être suffisamment outillé pour apporter une contribution dans ce domaine. Sachant qu’il n’y a pas de développement sans énergie et au vu du niveau de développement et de l’avancement de la question énergétique dans notre pays, le type de compétence que j’ai développé ces dernières années est indispensable pour un pays comme le nôtre pour l’étude des projets énergétiques avant de mettre l’argent du peuple. En Guinée, nous prétendons être le château d’eau d’Afrique de l’ouest à cause des cours d’eau que nous possédons. Mais nous oublions le potentiel solaire et éolien que nous possédons. Or, il faut savoir que la meilleure façon de résoudre le problème énergétique d’une localité est de profiter d’abord des sources d’énergies locales. Par exemple le soleil de la haute Guinée est un potentiel qu’il faut urgemment exploiter pour satisfaire le besoin énergétique de cette localité…
 
Mediaguinee.com : Comptez-vous rentrer en Guinée pour mettre cet atout au service de la Nation ?
 
Dr Abdoulaye Koïta : C’est le rêve de bien de diasporas, mais malheureusement nous sommes souvent freinés par la limitation des structures d’accueil. Quant à moi, je suis déjà implanté en Guinée, car j’y ai ouvert une société le mois de décembre dernier qui s’appelle S.C.GEDEG (Société de Conseil sur la Gestion d’Energie, de Domotique et d’Electricité Générale) qui évolue sur trois principaux volets à savoir :
✓ L’ingénierie électrique pour laquelle nous étudions et réalisons les projets énergétiques, conseillons les entreprises sur la gestion d’énergie ;
✓ Le commerce des équipements électriques, électronique et informatique ;
✓ La formation dans le domaine général du Génie électrique.
Par conséquent, dès le 11 Novembre, je rentre en Guinée pour continuer à mettre mes compétences au service de cette nation à travers ma société.


 
Mediaguinee.com : N’êtes-vous pas intéressé à occuper un poste au sein du gouvernement ?

 
Dr Abdoulaye Koïta
: Dans ma philosophie, on ne doit pas construire son avenir sur l’idée de pouvoir travailler que dans le gouvernement. Cependant, je pense que cela doit être une fierté pour tout Guinéen de répondre à l’appelle de la nation lorsqu’elle a besoin de soi. Je ne fais pas exception à la règle. Pour moi, l’urgence est de développer ma société car je suis le seul à pouvoir le faire tandis qu’il y a plusieurs guinéens qui sont au service de la nation.
 
Mediaguinee.com : Avez-vous un mot pour la jeunesse par rapport à l’éducation ?

 
Dr Abdoulaye Koïta
: Certainement beaucoup de choses, l’une des plus importante est d’essayer de sortir un peu de ce logiciel d’étudier et trouver du boulot car je trouve cela très limité comme objectif. Je vois bien de jeunes Guinéens qui ont des potentiels, mais se privent de les exploiter convenablement à travers des créations d’emploi. C’est l’un des échecs de notre système depuis un moment. Il faut que le système s’adapte pour pouvoir former les jeunes pour qu’ils puissent créer leurs entreprises et non juste pour avoir un boulot.
 
Interview réalisée par l’équipe Mediaguinee
.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.