Dr Dansa aux obsèques de Louis Armand : « il est né Camerounais, mort Guinéen »

Enseignant dans plusieurs universités privées en Guinée, Louis Armand Bitep de nationalité camerounaise est décédé 16 août 2022 dernier à Conakry. Et il a regagné sa dernière demeure ce dimanche au cimetière de Lanbanyi, dans la commune de Ratoma.

Bien avant son inhumation, un vibrant hommage lui a été rendu par le peuple de Guinée à travers un symposium au cours duquel un vibrant hommage lui a été rendu par ses amis, collaborateurs et étudiants venus de tous les horizons.

C’est le président du Conseil National de la Transition (CNT), Dr Dansa Kourouma par ailleurs ami de longue date du défunt qui a présidé ce symposium qui s’est tenu dans la salle des congrès du palais du peuple.

Plusieurs interventions dont celle du patron du CNT ont ponctué ledit symposium. Et tous les intervenants ont salué la mémoire de M. Armand qui a tout donné aux apprenants guinéens à travers des formations intenses à Conakry et un peu partout à l’intérieur du pays.

Dans son témoignage de circonstance, Dr Dansa Kourouma a, au nom des plus hautes autorités salué la mémoire de l’homme. Il a par la même occasion, prodigué d’utiles conseils à la famille biologique et professionnelle du défunt, avant de prier Dieu le Tout d’accueillir le défunt dans son paradis.

A l’en croire, Louis Armand Bitep n’a pas inutilement vécu sur terre dans la mesure où il a véritablement transmis sa connaissance aux étudiants guinéens dans divers domaines de la vie active dont l’entreprenariat.

« J’ai connu M. Armand à travers un ami camerounais avec lequel j’ai fait la médecine légale à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Depuis lors, je voyais des jeunes apprenants défilés auprès lui à la recherche du savoir. Il était humble et serviable. Ce sont d’ailleurs ses étudiants qui sont venus d’annoncer son décès tout en m’informant qu’ils souhaitent organiser un symposium. Je remercie donc l’administration du palais du peuple qui a facilité la présente cérémonie (…) Il (Armand) est né camerounais, mort guinéen. Au non donc des plus hautes autorités, je présente les condoléances les plus attristées à sa communauté, à ses nombreux étudiants, à sa famille biologique et professionnelle », dira-t-il entre autres.     

C’est après le recueillement et la prière funéraire que sa dépouille a été conduite au Cimetière pour inhumation.

Paix à son âme !

Youssouf Keita

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.