Dr Dansa Kourouma, un homme d’honneur au service de la nation (Ibrahima Diallo)

Le président du Conseil national de la transition (CNT) est un leader né et d’une bonne étoile.
Ce pur produit de l’université Guinéenne a fait ses preuves dans la Société civile jusqu’à présider aux destinées de la Société civile ouest-africaine. C’est peu dire que Dr Dansa Kourouma, médecin de formation, est un spécialiste des questions de gouvernance régulièrement consulté. C’est aussi un homme de réseau qui a su se forger de solides relations dans les hautes sphères de décisions dans son pays, dans la sous-région, et au-delà.
 
S’il est à l’aise à l’écrit et au parlé, c’est aussi parce que pour Dr Dansa Kourouma, le bilinguisme est une fenêtre ouverte au reste du monde francophone. Surtout quand l’on manie à souhait cette autre belle langue qu’est celle de Shakespeare.
 
Dès lors, l’on ne s’étonne pas qu’il soit un leader au carnet d’adresses bien étoffé, qui force le respect et l’admiration et qu’il soit toujours à l’écoute de ses interlocuteurs. Le médecin en lui, a fait de l’homme un leader doué d’une grande capacité d’analyse et qui évolue toujours en équipe. Lui, il prend tout son temps pour examiner les opinions différentes, demander l’avis de ses collègues avant de décider. C’est son principal point fort.
Ce trait de caractère est sans doute pesé dans son choix par le Président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, pour conduire le Conseil national de transition (CNT).
 
A la tâche, les premiers signaux sont prometteurs. Ils indiquent déjà la bonne direction des germes de la réussite au sommet du Parlement de la transition. L’homme Dansa a appris à faire avancer. Son leadership fait bouger tout le monde et au même rythme.
 
Sacré Dr Dansa Kourouma ! Plein d’humilité et de solidité mentale, il entame cette autre phase de sa vie consacrée au devenir de la nation et orientée inexorablement dans la voie de l’instauration d’une démocratie véritable et des bases de la paix, tremplin d’un véritable décollage du pays.
 
Fils d’éducateur, Dr Dansa Kourouma n’est pas venu par hasard dans le domaine sociopolitique. Il a appris la mathématique sociale à la bonne source. C’est-à-dire, dès l’enfance, il lui a été inculqué par son défunt père, brillant intellectuel avec un sens d’honneur.
 
Au perchoir du CNT, ce digne fis de Guinée compte faire honneur à tout le pays par le résultat final de sa noble mission de président du CNT.
 
Le CNT, au-delà des missions qui lui sont assignées par la Charte de la Transition, s’est aussi penché sur d’autres activités non les moindres. À titre illustratif :
 
Le ballet diplomatique avec des représentations diplomatiques et consulaires majeures en Guinée ;
La relance de la diplomatie parlementaire avec à la clé la visite de M. Bruno FUCHS, Vice-président et Secrétaire Général par intérim de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie au CNT ;
La participation du CNT à un atelier organisé au Nigéria sur les dépenses fiscales en Afrique de l’Ouest ;
La participation du CNT à Cotonou (Benin), à l’Assemblée générale biennale
du réseau des parlementaires africains contre la corruption ;
 La participation du CNT à la 28ème Assemblée parlementaire de la
Francophonie pour la région Afrique à Rabat au Maroc ;
La participation du CNT aux Assemblées parlementaires de la 60ème session de l’Organisation des États Afrique, Caraïbe, Pacifique et à la 41ème session
(Afrique Caraïbe Pacifique-Union Européenne) ;
 Les ateliers de renforcement des capacités des Conseillers nationaux et cadres de l’administration parlementaire ;
La Mise à disposition d’une ambulance médicalisée et l’audit fonctionnel de
l’infirmerie ;
 La Mise en place de commissions spéciales dont une de passation et l’autre de contrôle des marchés publics ;
La mise en circulation de trois (3) bus flambants neufs pour le transport du personnel parlementaire ;
 La mise à disposition d’un véhicule de service pour la cellule de communication ;
Les reformes au sein de l’administration parlementaire.
 
Au nombre des actions en cours, il y a entre autres :
 
La Bancarisation des salaires de tous les travailleurs parlementaires ;
 Le Contrôle des effectifs et l’évaluation des compétences à travers la mise en place d’une commission indépendante de vérification physique des travailleurs et des diplômes ;
 L’amélioration du niveau de vie des travailleurs à travers l’élaboration de la nouvelle grille salariale et du plan de redéploiement des travailleurs dans les différents services ;
 L’Extraction du fichier du personnel, les abandons et décès.
 
L’espoir est permis car les fruits ne trahiront pas la promesse des fleurs!
Go Dansa!
 
 Ibrahima Diallo
Journaliste et écrivain

1 Commentaire
  1. Sylla 1 semaine il y a
    Repondre

    Porèèè.
    Des misères humaines qu’un gnamakala cherche à glorifier.
    Honte à ce gnamakala,lèche botte de Soro.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.