Durée de la transition en Guinée : la fin entre Doumbouya et Embaló?

Print Friendly, PDF & Email

La Guinée va-t-elle se rebeller contre la Cedeao? La sortie du président Umaro Sissoco Embalò à Bissau à l’occasion de la visite du président français Emmanuel Macron sur la durée de la transition n’est pas pour arranger les choses entre Conakry et Abuja (siège de la Cedeao).

Le colonel Mamadi Doumbouya qui se rapproche de plus en plus du Mali, un autre pays dirigé par un colonel [Assimi Goita] a assuré jeudi lors du conseil des ministres spécial qu’aucun rythme ne sera imposé à la Guinée. Faisant allusion à Embaló -sans le citer- qui avait révélé avoir réussi avec le président de la Commission de la Cedeao à convaincre l’homme du 5 septembre 2021 sur les 24 mois. Une annonce qui sera vite démentie par les ministres guinéens de l’administration du territoire Mory Condé et porte-parole du gouvernement Ousmane Gaoual Diallo.

« Le Chef de l’État a rappelé qu’au lendemain de la prise du pouvoir, le CNRD a clairement affiché sa volonté d’aller dans l’inclusivité tout en faisant une rupture avec les habitudes du passé. Pour le Président de la Transition, l’exercice des responsabilités permet de savoir que les reformes sont difficiles à être matérialisées et sont encore d’autant plus difficiles quand elles touchent les objectifs ou les intérêts des politiques.Que les résistances vont se créer et l’opinion manipulé », mentionne Doumbouya qui invite à la résistance pour une réussite de la transition.

« Le Chef de l’État a invité à la résistance en estimant que si ça ne se passe pas maintenant, il serait quasiment impossible de faire ces réformes structurelles et fondamentales pour le développement de notre pays », precise le conseil des ministres avant d’enfoncer le clou : « pour le Président du CNRD, il n’est point question d’accepter qu’un quelconque rythme nous soit imposé. C’est pourquoi, il a fermement invité le gouvernement de continuer à expliquer les 10 actions clés pour un retour à l’ordre constitutionnel. Cela est tellement important que nous devons y mettre un accent particulier et surtout que son contenu soit connu et approuvé par les forces vives de la nation ». Plus loin de demander « à poursuivre l’effort de pédagogie afin que chaque Guinéen comprenne les enjeux de la transition et le contenu du chronogramme de la transition ».

Noumoukè S.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.