Durée de la transition : les faîtières, réseaux d’organisations de la société civile et mouvement syndical prennent acte de l’adresse à la nation du chef de l’État

Print Friendly, PDF & Email

Dans sa déclaration numéro 2 du genre, les Faîtières, Réseaux d’Organisations de la Société Civile et Mouvement Syndical se sont prononcé sur l’adresse à la nation du président de la transition relative à la durée de la transition.

Prenant acte de sa déclaration,  ces Faîtières, Réseaux d’Organisations de la Société Civile et Mouvement Syndical disent saluer cette avancée majeure vers un retour à un ordre constitutionnel, qui constitue désormais une base de discussion entre le CNRD, le Gouvernement et les Forces Vives de la Nation.

« Nous exhortons donc le CNRD et le Gouvernement à dévoiler le contenu de cette proposition médiane de 39 mois en la déclinant par étapes et par échéances avant sa soumission au CNT. A cet effet, nous lançons un appel au CNT dans sa réflexion et son mécanisme de fonctionnement, de privilégier l’intérêt général dans l’examen de la saisine du Gouvernement. 

Nous rappelons que nous avions proposé un chronogramme et déposé au CNRD et au Gouvernement, décliné en 11 étapes clés avec échéances dont la durée est de 33 mois partant du mois de Mai 2022 au mois de Février 2025 », lit-on dans la déclaration. 

De même, ces Réseaux d’Organisations de la Société Civile et Mouvement Syndical encouragent les coalitions de partis politiques et les dynamiques sociales à privilégier la concertation avec le CNRD, le Gouvernement et le CNT « pour faire valoir leurs propositions en termes de durée et de contenu de la Transition en cours. Persuadés qu’avec la concertation toutes les divergences peuvent être aplanies, nous prions chacune des entités à privilégier la concertation pour un dénouement heureux de ce qui semble être un malentendu ». 

Pour finir ces faîtières, Réseaux d’Organisations de la Société Civile et Mouvement Syndical invitent la CEDEAO et la Communauté Internationale à accompagner cette Transition jusqu’à la mise en place de toutes les institutions constitutionnelles crédibles garantissant la paix et la quiétude sociale en République de Guinée. 

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.