Ebola : construction en Chine d’un laboratoire de classe mondiale sur les virus (Par Le Quotidien du Peuple)

Print Friendly, PDF & Email

Le 23 février, l’Académie chinoise des sciences a publié un communiqué annonçant que son Laboratoire national de biosécurité de Wuhan (laboratoire P4 de Wuhan) a obtenu un certificat d’agrément de la part du Conseil national d’accréditation de Chine pour l’évaluation de conformité des laboratoires, et qu’il va ainsi être officiellement ouvert. Ce sera le premier laboratoire P4 d’Asie à être mis en service, témoignant de la possession officielle par le pays de conditions matérielles pour la recherche et l’utilisation d’agents pathogènes virulents comme le virus Ebola et d’autres.

Selon Yuan Zhiming, directeur du laboratoire P4 de Wuhan, « La prévention et le contrôle des virus n’ont pas de frontières, la Chine s’engage activement pour assurer ses responsabilités mondiales en matière de sécurité de la santé publique ». L’établissement fournira un système de bio-sécurité, avancé et complet, qui deviendra pour la Chine un centre de recherche et de développement pour la prévention et le contrôle des maladies infectieuses, un centre dépositaire d’agents pathogènes virulents et un laboratoire de référence de l’Organisation des Nations Unies pour les maladies infectieuses mortelles.

Les laboratoires P4 sont les laboratoires de biosécurité du plus haut niveau que l’homme est capable de construire jusqu’à présent, ils sont en mesure d’empêcher la libération d’agents infectieux dans l’environnement, tout en assurant la sécurité des chercheurs. Selon Zhang Yaping, vice-président de l’Académie chinoise des sciences, le laboratoire de Wuhan va jouer un rôle fondamental et de soutien technique dans le renforcement des capacités du pays à répondre à l’émergence de nouvelles éruptions infectieuses, de prévention et de contrôle des maladies infectieuses soudaines et pour l’amélioration des capacités de recherche et de développement de vaccins et de médicaments antiviraux.

S’inspirant des équipements et de la technologie du laboratoire P4 de Lyon, en France, le concept de celui de Wuhan sera similaire à celui de « boite dans la boite » de Lyon, avec sa structure de type suspendu, divisée en quatre étages de haut en bas, l’étage du bas étant consacré au traitement des eaux usées et aux systèmes de support de vie, le deuxième étant le laboratoire de base, le troisième étant un système de filtre, la mezzanine entre les deuxième et troisième étages étant réservé au système de pipeline, et le quatrième enfin, où se trouvera le système de conditionnement d’air.

Au cours des 30 dernières années, les maladies infectieuses émergentes ont montré une tendance à se propager dans le monde entier. Outre la Chine, il n’y a, dans le monde entier, de laboratoires P4 qu’en France, au Canada, en Allemagne, en Australie, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, au Gabon (Institut Pasteur), en Suède et en Afrique du Sud.

Qiang Wei, journaliste au Quotidien du Peuple

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.