Connect with us

Divers

Education : l’artiste Natu Camara invitée au débat sur l’immigration clandestine

Published

on

La structure « foyer socio-éducatif » a procédé ce samedi 19 janvier, au lancement officiel de ses activités au sein d’un groupe scolaire situé à Hamdallaye, dans la commune de Ratoma. Avec pour thème « l’immigration clandestine », l’évènement a connu la participation d’un parterre d’élèves, encadreurs, parents et personnalités culturelles.

Hadia Kaditou Diallo, responsable du foyer éducatif est revenue sur l’objectif du projet en ces termes : « C’est un projet initié par le fondateur de cette école. Il a pour objectif de développer le génie-créateur de l’enfant à travers l’initiation à la recherche ou de la lecture, des ateliers de couture, de peinture. Nous avons des activités que nous mettons en place et nous sommes en phase expérimentale », a-t-elle dit.

Poursuivant, elle a répondu la question relative au choix porté sur l’immigration clandestine, avant de noter les enseignements que tireront les enfants afin de combattre ce phénomène qui prend de l’ampleur dans e monde.

« On a jugé nécessaire de mettre en place le thème sur l’immigration clandestine qui est un sujet d’actualité. Nous avons constaté avec les enfants, beaucoup sont tentés à l’immigration. Avant, c’était ceux qui ne sont pas sur les bancs qui voulaient partir mais maintenant, ce sont ceux-là qui sont dans les classes qui se font concernés par ce fléau. Nous les poussons à faire des recherches pour qu’ils puissent connaitre les conséquences liées à l’immigration clandestine », a-t-elle indiqué.

Présent à cette cérémonie éducative, le maire élu de la commune de Ratoma, souleymane Taran Diallo s’est réjoui de l’organisation de cette cérémonie et a manifesté un sentiment de désolation face à la disparition ’’brutale’’ de ceux qui perdent la vie dans la méditerranée.

« Aujourd’hui, c’est un fléau qui fait des ravages au sein de notre jeunesse, particulièrement les jeunes de Ratoma. Il y a beaucoup de jeunes qui s’en vont pour ne plus jamais revenir, ils vont au font de la méditerranée. Soyons courageux, restons là et il faut que les conditions soient créées mais, il y a ce que l’Etat peut faire et ce que chacun peut faire pour lui-même », a-t-il déploré, avant d’annoncer l’organisation des campagnes de sensibilisation.

Répondant aux nombreuses questions des enfants, l’artiste Natu Camara les a invités à la poursuite des études et à œuvrer pour combattre à leur manière, le départ clandestin des jeunes guinéens.

Mohamed Cissé                                                                                                             

+224 623 33 83 57 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités