Election du 18 octobre : l’UFR annonce du porte-à-porte pour démobiliser les électeurs

Print Friendly, PDF & Email

L’Union des Forces Républicaines (UFR) a, au cours de son assemblée générale de ce samedi 10 octobre qu’il a tenue à son siège national à Matam, estimé qu’il est encore temps, à une semaine du vote du 18 octobre prochain, de sensibiliser ses militants sur la non-participation à cette élection, qu’il a d’ailleurs boycottée. 

C’est Ibrahima Bangoura, un des vice-présidents qui a donné le ton devant ses militants et sympathisants réunis à cette assemblée générale.

« Nous avons donné le mot ordre à nos militants et aux responsables du parti, d’aller dans les structures, dans les communes de Conakry et de l’intérieur du pays pour sensibiliser les populations à ne pas voter, car cette élection est une mascarade électorale, il ne faut pas prêter le flanc à cela », dit-il. 

L’un des objectifs de l’Union des forces républicaines, poursuit-il, ‘’c’est de nous battre contre un troisième mandat, pour ne pas que ces élections aient lieu. C’est cette sensibilisation que nous sommes venus faire aujourd’hui ».

Pour réussir ce pari, le parti dirigé par l’ancien Premier ministre sous l’ère Lansana Conté compte sur le FNDC (front national pour la défense de la constitution).

« Au sein du FNDC, il y a des manifestations qui sont prévues au moment venu. Et au niveau du parti, il est prévu de faire du porte-à-porte chez tous les électeurs et les militants pour demander à ce que la participation ne se fasse pas à ces élections qui constitue une mascarade ».

Plus loin, M. Bangoura se dit convaincu que le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG Arc-en-ciel) n’est plus aussi populaire à Conakry.

« Compte tenu de ce que nous voyons, il n’y a pas d’eau, d’électricité, bien entendu, qu’il commence à se stabiliser, mais nous sommes en saison des pluies. Les coupures intempestives sont encore là. Le problème de santé et de l’éducation ne sont pas résolus et nous avons toutes les routes de Conakry dans un état de dégradation poussée. Compte tenu de tout ça, on ne peut pas dire que le RPG a réussi », conclut l’ancien député.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.