Elections au Niger : l’opposition rejette en bloc un fichier ”corrompu”, la Cedeao appelée à intervenir

Print Friendly, PDF & Email

24 heures après la convocation officielle du corps électoral pour le scrutin municipal et régional, l’opposition politique nigérienne rejette en bloc le rapport d’audit du fichier électoral biométrique réalisé par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) avec le soutien de la CEDEAO et l’Union Africaine.

Dans un communiqué de presse les coalitions politiques CAP-21 et Gayya Zabbe, opposées au régime Issoufou, ont déclaré : « Nous informons l’opinion nationale et internationale de notre rejet en bloc des résultats de l’audit du fichier électoral biométrique tel que voulu par la seule CENI, qui ne saurait garantir des élections transparentes et crédibles, gage de paix et de sécurité dans notre sous-région conformément au protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance ».

Regroupant respectivement chacun 18 et 22 partis politiques, ces coalitions dénoncent la « validation frauduleuse du fichier électoral dit biométrique par un audit non consensuel, dans un contexte de rupture totale de dialogue au sein de la classe politique ». En effet, elles s’insurgent aussi contre la relégation, par la CENI, au rang de simples observateurs des 2 experts désignés par l’opposition politique et les 2 des partis non affiliés dans le comité d’audit du fichier électoral.

Pour prévenir une détérioration du climat politique dans le pays, les coalitions politiques CAP-21 et Gayya Zabbe lancent un vibrant appel au nouveau président en exercice de la CEDEAO, Nana Akufo-Addo, pour son implication personnelle pour la mise en œuvre effective du Protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance en République du Niger.

Notons que le rejet de l’audit du fichier électoral intervient au moment où le représentant spécial du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) au Sahel, Mohamed Ibn Chambas, rencontre les acteurs politiques du Niger, dans le but de la tenue des élections apaisées et acceptées par tous.

Faut-il le rappeler, l’opposition politique nigérienne n’a toujours pas occupé les postes qui lui sont attribués au sein de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), alors que le décret présidentiel convoquant le corps électoral annonce l’ouverture de la campagne électorale pour les élections municipales et régionales, le 02 décembre 2020 à minuit.

Source : levenementniger.com

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.