Elevage à Kankan : des cas suspects d’une épidémie animale détectés (directeur préfectoral)

Print Friendly, PDF & Email

Santé animale, on en parle avec la découverte des cas suspects de fièvre aphteuse à Kankan. Pour apporter plus de clarté à ce sujet, les autorités préfectorales de l’élevage ont tenu un point de presse ce vendredi, dans les locaux de la préfecture, rapporte notre correspondant dans la région.

Des cas suspects de fièvre aphteuse ont été récemment enregistrés dans la commune urbaine de Kankan et ses environnants. Une maladie animale très contagieuse, provoquée par des virus qui se manifestent généralement par l’hyperthermie et la formation des aphtes au niveau de la cavité buccale des animaux selon les spécialistes.

Tamba Touré, Directeur préfectoral adjoint de l’Elevage, chargé de la santé animale donne les statistiques de cette maladie de sa détection à ce jour :

« Parmi les 16 sous-préfectures qui sont dans la préfecture de Kankan, il y a 8 sous-préfectures qui sont infectées qu’on appelle dans notre jargon « les foyers » et parmi ces 8 foyers, il y a 5 foyer actifs. Au jour d’aujourd’hui, nous avons 149 cas suspects répartis dans ces différentes sous-préfectures, il y a deux morts, les animaux qui sont autour de cette maladie sont appelés « animaux sensibles », leur effectif est de 9495 ça c’est compris bovins, ovins et caprins. »

Mais à l’en croire, jusqu’à date, le doute plane sur l’existence réelle de cette pathologie: « Nous avons prélevé des échantillons de cette maladie et nous les avons mis à la disposition du laboratoire régional qu’on a ici, mais cet échantillon doit partir à Conakry parce que cette maladie qu’on appelle fièvre aphteuse, notre laboratoire n’a pas la capacité de l’analyser, il faut aller soit à Dakar ou en France. »

Bien qu’elle soit très contagieuse, la fièvre aphteuse ne peut se manifester que chez les animaux, rassure Tamba Touré, avant de poursuivre que les dispositions prises pour l’heure par la direction préfectorale de l’élevage de Kankan est la sensibilisation des populations sur les enjeux de cette fièvre et la mise en quarantaine des animaux déjà infectés par la maladie.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.