Elhadj Badrou, imam de Labé : ‘’que Dieu ramène Nanfo sur le droit chemin’’ (audio)

Print Friendly, PDF & Email

Le dossier très sensible du controversé imam prédicateur de Kankan, Nanfo Ismaël Diaby qui prie en langue maninka continue de polariser tous les débats, surtout chez les acteurs religieux. Rencontré ce vendredi, 17 juillet, le premier imam de la grande mosquée de Labé a rappelé qu’il est formellement interdit de prier dans une autre langue que l’arabe. Précisant que les invocations dans les langues maternelles sont autorisées aux fidèles musulmans lors des prières surérogatoires ou mortuaires ‘’si l’intéressé ne maîtrise pas l’arabe’’.

« Ce n’est ne pas une première qu’il [Nanfo] se livre à cette pratique, cet imam tient mordicus à prier en langue Malinké, cette pratique est interdite par l’islam. Depuis l’avènement de l’islam, le prophète Mohamed (psl) nous a enseignés comment effectuer les différentes prières, mais si un autre instaure une autre manière de prier, nous dirons tout simplement qu’il veut faire de la pagaille au sein de la religion. Si le Peulh, le Soussou, Malinké, le Forestier prie dans sa langue, l’islam cesse d’être une religion. Alors que Dieu dans son coran dit : ‘’nous avons fait descendre le coran dans la langue arabe’’. Donc personne n’a le choix, c’est dans la langue arabe que tu vas réciter la Fatiha et les autres versets en priant », dit le très écouté Elhadj Thierno Mamadou Badrou Bah, ajoutant qu’« il est acceptable lors des prières surérogatoires en faisant le soudjoud de faire des invocations dans sa langue nationale, également lors d’une prière mortuaire si on ne maîtrise pas la langue arabe il est autorisé de faire des invocations dans sa langue, mais la prière obligatoire n’est pas acceptable dans une autre langue », insiste le petit-fils de Thierno Aliou Bhoubha Diyan.

Dans la foulée, l’imam a demandé à l’Etat de se faire entendre et interdire à Karamo Nanfo Diaby cette pratique, de gré ou de force.

« Seul l’Etat a les moyens d’arrêter cette défiance, le pays est dirigé, donc l’Etat est le seul garant de la stabilité, l’Etat a le droit de faire face à cette situation pour qu’il arrête cette pratique de gré ou de force. Que Dieu empêche ces genres de personnes de détruire notre religion, que Dieu le ramène sur le droit chemin », prie l’inspecteur régional des affaires religieuses de Labé.


Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

1 Commentaire
  1. Sylla 1 mois il y a
    Repondre

    Arguments très légers voir nuls.
    Nanfo vous a posé la question:il est écrit où qu’il faut forcement prier en arabe pour se faire comprendre par le Tout Puissant? Vous ne voulez pas repondre à cette question car en vérité vous n’êtes pas de vrais érudits. Vous êtes des gurus qui mystifient le peuple.
    Les arabes diront toujours que la linga franca de l’islam c’est leur langue,l’arabe. Pas l’Allemand ni le Bantou. Vous avez le savoir mais pas la connaissance.
    Priez dans votre arabe et laissez Nanfo et les Guinéens prier dans leur langue. Laissez Dieu juger. C’est lui qui a crée le monde. Si vous touchez à un seul cheveux de Nanfo,vous allez amèrement le regretter. Nous sommes des Africains. Pas des arabes.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.