Embalo hausse le ton : ”on ne fait pas partie de l’Union européenne, nous sommes en Afrique”

Print Friendly, PDF & Email

Pour combien de temps tiendra encore le ‘’pouvoir’’ du général Umaro Sissoco Embalo en Guinée-Bissau? Pressé par la communauté internationale de respecter l’ordre constitutionnel, Embalo ne l’entend pas de ‘’l’oreille sénégalaise’’. Le général qui était à un doigt d’être légitimé s’empresse avec ses hommes pour prendre le contrôle du palais présidentiel -en complicité avec l’ancien président José Mario Vaz- et des institutions de la république et dit limoger le Premier ministre issu du PAIGC. Des militaires qui lui sont favorables dans l’armée sont accusés de violences et de menaces contre les dirigeants du pays dont le président de la Cour suprême qui a finalement trouvé refuge au Portugal.

Non contente de la tournure que prend la situation en Guinée-Bissau, la Cedeao menace de prendre des sanctions contre Embalo et ses hommes “si la légalité constitutionnelle” n’est pas respectée. L’Union européenne aussi.

Selon RFI, Embalo, interrogé sur les positions de plusieurs députés européens qui évoquent des sanctions, a rappelé que « nous sommes en Afrique ».

« On ne fait pas partie de l’Union européenne, nous sommes en Afrique ! Nous sommes juste des partenaires. Des députés bissau-guinéens pourraient aussi écrire une lettre aux affaires politiques de l’Union africaine pour demander des sanctions contre un membre de l’Union européenne ! C’est hors de propos », répond-il à RFI.

Issa

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.