Embalo, président ! Voici comment le trio Macky-Buhari-Issoufou a joué face au duo Alpha-Ouattara

Print Friendly, PDF & Email

La reddition de la Cedeao au profit du président Umaro Sissoco Embalo a surpris plus d’un. Sputnik, l’agence de presse russe a révélé que ”le manque de neutralité du Tribunal suprême de justice” a accéléré les choses en Guinée-Bissau. Lisez…

Guinée-Bissau: les dessous d’une reddition ouest-africaine au profit du Président Embalo

Après de longs tâtonnements sur les résultats de la présidentielle en Guinée-Bissau, l’organisation des États ouest-africains (Cedeao), garante de la paix dans ce pays depuis le coup d’État de 2012, se convertit à la «realpolitik» et offre à Umaro Sissoco Embalo une légitimité qui relance la confrontation entre acteurs politiques bissau-guinéens.

D’habitude si réactif sur son compte Twitter, Umaro Sissoco Embalo est cette fois resté muet. L’acte de reddition de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) reconnaissant la validité de son élection du 29 décembre 2019 à la présidence bissau-guinéenne semble le laisser de marbre. Mais il en parle à sa façon, en rapportant à grande échelle les réactions relatives au communiqué publié le 23 avril par l’organisation communautaire ouest-africaine qui lui reconnaît une légitimité.

Par ce silence, Umaro Sissoco Embalo, chef du Mouvement pour l’alternance démocratique (Madem-G15), exprime-t-il son amertume à l’égard d’une institution et de certains chefs d’État qui, en fin de compte, n’auront fait que retarder l’acceptation d’une victoire «indiscutable» à ses yeux? Pour rappel, après avoir félicité le candidat du Madem-G15 à la suite des résultats proclamés par la Commission électorale nationale (CNE), la Cedeao, par la voix de sa Commission, s’était par la suite rétractée en exigeant un recomptage des bulletins. Elle s’alignait ainsi sur la position du Tribunal suprême de justice qui avait refusé (et refuse toujours) de déclarer le candidat du Madem vainqueur du scrutin qui l’a opposé à Domingos Simoes Pereira.

Selon la Cedeao, «les incompréhensions entre la CNE et la Cour suprême et au sein de la Cour suprême n’ont pas permis de régler (le) contentieux électoral qui dure depuis bientôt quatre mois». Et c’est pour dépasser ce blocage que «les chefs d’État et de gouvernement ont décidé de reconnaître la victoire de Monsieur Umaro Sissoco Embalo au second tour de l’élection présidentielle du 29 décembre 2019 de la Guinée-Bissau».

Le rapport de force a changé

Ce revirement spectaculaire de la Cedeao ne manque pas d’intriguer. Selon un conseiller officieux de la présidence sénégalaise qui a parlé à Sputnik, il marque la fin d’une guerre de tranchées à l’intérieur de l’organisation régionale.

«C’est le rapport de force qui a basculé en faveur de la légalité défendue par Muhamadu Buhari [Président du Nigeria], Macky Sall [Président du Sénégal] et Mahamadou Issoufou [Président du Niger] contre la ligne conduite par Alassane Ouattara [Président de la Côte d’Ivoire] et Alpha Condé [Président de la Guinée]. La plupart des chefs d’État qui étaient neutres ont constaté par eux-mêmes, grâce à leurs services d’informations et de renseignement, le manque de neutralité du Tribunal suprême de justice dont l’ordre de recomptage des suffrages ne reposait pas sur des arguments solides.»

Ces lignes de fracture béantes entre des chefs d’État ont fragilisé l’autorité de la Cedeao auprès des acteurs locaux et internationaux. Une posture difficile à entretenir alors même que l’organisation régionale est le garant de la stabilité et de la sécurité de la Guinée-Bissau, depuis le putsch d’avril 2012. Par conséquent, il fallait mettre un terme aux «errances» de l’organe exécutif de l’organisation sous-régionale.

Du côté des nouvelles autorités de Bissau, la Commission est d’autant plus contestable qu’elle est dirigée par un proche du Président Ouattara, l’ancien ministre Jean Claude Brou. Pour le camp Embalo, ouvertement soutenu par le Sénégal, le Nigeria et le Niger en particulier, un jeu d’alliance régionale leur fait craindre toute intervention de la Côte d’Ivoire et de la Guinée en tant que médiateurs dans la crise électorale bissau-guinéenne.

«L’élément déterminant du changement de cap de la Cedeao pourrait être lié au souci de sauver la crédibilité de l’organisation. En effet, la Commission électorale nationale (CNE) a proclamé à trois reprises les résultats de l’élection présidentielle après une nouvelle vérification des procès-verbaux contestés, dont l’une sous l’égide de la… Cedeao elle-même», analyse pour Sputnik le professeur Papa Samba Ndiaye, maître de conférences agrégé en sciences politiques à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, au Sénégal.

Pour anticiper le feu des critiques, la Cedeao appelle le Président Umaro Sissoco Embalo à poser deux actes «au plus tard le 22 mai 2020»: nommer un nouveau Premier ministre et former un gouvernement qui reflète les résultats des législatives de mars 2019. Pour le Président désormais reconnu, cela reviendrait à se séparer du général Nuno Nabiam, le chef du gouvernement à travers lequel il aurait scellé alliance avec l’armée, pilier du pouvoir.

«La recommandation de la Cedeao vise moins la personne de Nabiam que le processus plus ou moins bâclé qui a abouti à sa nomination. C’est une sorte de compromis politique pour revenir à un pouvoir partagé entre Président élu et Assemblée nationale de couleurs différentes», explique l’officieux conseiller sénégalais.

L’Assemblée nationale, siège de toutes les manœuvres

La configuration du Parlement autorise toutes sortes de manœuvres. Le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC) de Domingos Simoes Pereira y détient 47 sièges sur 102 et peut compter sur 5 à 7 autres aux mains de petits partis alliés.

Ce qui lui donne théoriquement une majorité relative pour gouverner. Mais avec les 48 députés de l’alliance entre le Madem-G15 et le Parti de la rénovation sociale (PRS) du défunt Président Kumba Yala (21), Embalo est en embuscade à l’Assemblée nationale. «Pour l’instant, le Parlement est une arène de lutte dans laquelle le PAIGC et son leader Domingo Simoes Pereira pourraient se frotter au pouvoir d’Embalo. Leur stock de députés leur confère un certain pouvoir de blocage», note le Pr. Papa Samba Ndiaye.

Selon certaines sources, Umaro Sissoco Embalo pourrait être tenté par des élections législatives anticipées par lesquelles il espère mettre le PAIGC sur la touche et gouverner avec une majorité parlementaire solide et stable. L’entreprise paraît risquée au vu des rapports de force sortis des urnes du premier tour de la présidentielle. Mais pour le diplomate sénégalais, un autre scénario se dessinerait.

«L’hypothèse de le voir nommer un Premier ministre issu du PAIGC ou même de la société civile serait un compromis pertinent, mais Embalo n’est pas dans cette logique. En tant que chef d’État produit du PAIGC, il se dit capable d’obtenir une majorité parlementaire stable en faisant rallier des députés sensibles à certaines promesses. Mais c’est loin d’être gagné car le PAIGC demeure une machine politique influente.»

Les scénarios qui s’offrent à Embalo

Les joutes politiques restent donc ouvertes alors que les acteurs politiques et l’armée sont sur le qui-vive. Pour Embalo, la posture nouvelle de la Cedeao, saluée par l’Union européenne alors que l’ONU en a pris acte, le 28 avril par une note du porte-parole de son secrétaire général, est une victoire diplomatique personnelle. Mais le vrai casse-tête sera de s’imposer en politique intérieure.

Le Premier ministre portugais, Antonio Costa, salue une étape importante vers un retour à la normalité institutionnelle en Guinée-Bissau.

«Le Président de Guinée-Bissau, aux côtés du gouvernement, et le système judiciaire, est dans un jeu à trois dans lequel il n’est pas le plus puissant. Et dans la configuration actuelle, il risque de ne pas pouvoir faire grand-chose durant son mandat. C’est dans cet esprit que la Cedeao propose un référendum pour changer la Constitution», souligne le journaliste bissau-guinéen Aliu Candé joint par Sputnik.

Droit dans ses bottes, le candidat malheureux Domingo Simoes Pereira entend poursuivre «la lutte pour la démocratie, la vérité et la justice», selon un communiqué du PAIGC dont il est le chef. «La Cedeao a fait un grand pas en abandonnant le principe de ‘tolérance zéro’ contre les coups d’État en Afrique (…) et en reconnaissant un candidat autoproclamé vainqueur au mépris de la décision du Tribunal suprême de justice.»

Reste à savoir si le PAIGC pourra résister à la nouvelle «légitimité» d’Umaro Sissoco Embalo.

Source : Sputniknews

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.