Embalo, vainqueur ? Le candidat du PAIGC regrette l’abandon par la Cedeao du principe ‘’tolérance zéro’’ face aux coups d’Etat

Print Friendly, PDF & Email

La Cedeao -sous l’égide du président nigérien Mahamadou Issoufou- a-t-elle commis une forfaiture en Guinée-Bissau en validant la victoire de Umaru Sissoco Embalo contre l’avis de la Cour suprême ? Pour le PAIGC, parti dominant, l’organisation sous-régionale a abandonné le principe de ‘’tolérance zéro » face aux coup d’Etat.

Interrogé par l’agence Lusa, le candidat à présidentielle de Guinée-Bissau Domingos Simões Pereira a dit regretter aujourd’hui que la CEDEAO ait abandonné le principe de “tolérance zéro” contre les coups d’état en reconnaissant son adversaire comme vainqueur.

” Ma première réaction est de profonde tristesse. Tristesse de voir une organisation comme la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) abandonner le principe de tolérance zéro face aux coups d’État “, a déclaré à Lusa Domingos Simões Pereira, ajoutant qu’il a introduit un recours devant la Cour suprême de justice (STJ) pour contester les résultats et qui n’ont pas encore été analysés.

Mercredi, la Cedeao a reconnu la victoire de Umaro Embalo, tout en lui demandant de nommer un Premier ministre et un nouveau gouvernement issu du PAIGC.

La Guinée-Bissau, petit pays coincé entre la Guinée te le Sénégal vit depuis son indépendance dans une instabilité chronique avec l’omniprésence de l’armée.

Issa

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !!