En pleine pandémie du coronavirus, Dakar aussi manque d’eau

Print Friendly, PDF & Email

Les Sénégalais font face à une pénurie d’eau depuis plusieurs jours. La situation commence à agacer les populations qui s’inquiètent également de l’impact de cette pénurie sur la propagation du coronavirus.

À Dakar, les populations affichent leur souffrance. Ben Tally, Niarry Tally, Biscuiterie, Grand-Dakar, Grand-Yoff, Parcelles Assainies, Guédiawaye… pratiquement aucune zone de la capitale sénégalaise n’est épargnée par le manque d’eau.

Ibrahima Sall est dépité par cette situation qu’il vit “de manière très dure”. “On ne dort pas, on attend jusqu’à 4h du matin ou 5h pour avoir de l’eau”, peste le jeune homme.

Dans la banlieue de Dakar, les populations sont inquiètes parce que cette pénurie arrive en période de pandémie.

Pour Ibrahima, l’eau est une matière essentielle mais “malheureusement ça manque chaque jour et les gens ne savent plus quoi faire”.

En cette période marquée par la pandémie du coronavirus, les citoyens s’inquiètent également du respect des conditions d’hygiène. Cette pénurie d’eau peut être un facteur aggravant de la propagation du Covid-19 d’après Awa Kouaté, résidente du quartier Cheikh Ngom dans la banlieue de Dakar.

Ces temps-ci avec cette pénurie d’eau combinée à la pandémie, il y a tous les risques car il faut se laver les mains etc. alors que l’eau n’est pas là”, confie, inquiète, Awa. Pour elle, il y a tous les facteurs aggravants mais les populations essaient de faire avec en espérant que ça se règle le plus vite possible. “Comme tout citoyen on se débrouille même si la vie est tellement dure”, affirme la jeune dame.

En plus de ne plus trouver suffisamment d’eau pour assurer leurs besoins élémentaires, les Sénégalais se plaignent également d’une hausse des factures qui impactent leur vie déjà très difficile.

Thierno Ndiaye habite au quartier Touba de Dakar. Il affirme que cette situation n’est plus tenable. “On est très fatigués, nos femmes n’en peuvent plus maintenant ce sont les hommes qui prennent le relais pour aller chercher de l’eau ou attendre son arrivée tard la nuit”, explique-t-il.

À cause de cette situation, Thierno affirme que beaucoup d’entre eux sont parfois en retard pour aller au travail parce qu’ils restent éveillés la nuit pour avoir de l’eau et du coup ça devient moins évident de se réveiller tôt.

Il indique également que les prix ont connu une hausse que “personne ne peut le nier car depuis le changement de gestionnaire de l’eau, les factures ont considérablement augmenté alors qu’il n’y a pas même pas d’eau“.

Pointée du doigt, la société Sen’Eau gestionnaire de l’eau au Sénégal depuis janvier 2020, assure que ces désagréments sont dus à des travaux de maintenance et qu’une soixantaine de camions citernes font des rotations pour garantir l’accès à l’eau aux zones déficitaires. En attendant des explications détaillées sur la hausse des factures, les Sénégalais sevrés d’eau espèrent un rapide retour à la normale.

Source : VOA

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.