Energie : c’est parti pour le projet d’interconnexion électrique 225 KV Guinée-Mali

Print Friendly, PDF & Email

Le projet d’interconnexion électrique sera bientôt une réalité sur le terrain. Ce jeudi 22 février 2018, il (projet) a été officiellement lancé dans un réceptif hôtelier de Conakry en présence d’éminentes personnalités dont le secrétaire général du Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique, Sékou Sanfina Diakité, les représentants des partenaires, le représentant de la ministre du Plan et de la Coopération Internationale, des experts venus d’autres pays et des cadres dudit projet.

Dans son exposé de circonstance, le chef du projet, Mamadi Kakoro a, après avoir remercié les uns et les autres dira que ce projet est très ambitieux. ‘’Un réseau de transport, c’est une autoroute en matière d’infrastructure routière. Vous avez les unités de production, le Pr Alpha Condé et son gouvernement ont commencé par Kaléta et ils ont enclenché par le projet Souapiti. Si ces installations viennent au niveau du réseau, il faut pouvoir les transporter au niveau des usagers de l’électricité. La Guinée était confrontée à ce petit dilemme, si on a une production suffisante et envoyer l’électricité, il faut des autoroutes pour mieux faire la distribution. Le second aspect, c’est que pratiquement l’électricité c’est au niveau de Conakry et le réseau interconnecté qui va jusqu’à Labé. Après quand vous partez à l’intérieur du pays (N’zérékoré, Kankan), il n’y a que l’électricité par EDG. Il faut donc investir en repérant cette énergie par celui des transports, on va inonder le maximum…’’

Poursuivant, il a tenu à préciser que ‘’le projet d’interconnexion Guinée-Mali qui est en complémentarité avec deux autres projets qui l’ont précédé comme la ligne d’interconnexion de l’OMVG, la ligne de CNLG dans le cadre de la Mano River va permettre de créer cette autoroute, le prolongement du poste de N’zérékoré qui sera réalisé dans le cadre de CNLG, traverser toute la partie forestière, toute la partie de la Haute Guinée et aller se connecter avec le réseau malien au poste de Sanankoroba à 40 Kilomètres de Bamako. Le projet permet donc d’électrifier complètement la forêt et la Haute Guinée, ça permet aussi d’évacuer le supplément d’énergie vers la République du Mali. Et à travers le Mali, d’autres pays de la sous-région comme les pays de l’OMVS, les pays de l’OMVG et les pays de la Mano River Union.’’

Parlant du coût du projet, il a mentionné qu’il peut aller jusqu’à près de 400 millions d’Euro d’investissement. ‘’Sur le volet Mali et sur le volet Guinée, la Guinée a la plus grande composante qui est à peu près de 300 millions d’Euro qui va non seulement porté sur l’autoroute de l’énergie pour raccorder les différentes villes comme Beyla, N’zérékoré, Kérouané, Kankan, Siguiri et à partir du poste de Fomi, la ville de Kouroussa. Mais nous allons aussi prendre toute une bande de 20 kilomètres pour électrifier les localités villageoises. C’est donc un projet’’, dira-t-il avant d’informer que tout le projet fini dans quatre années, c’est-à-dire en 2021.

Quant aux représentants des partenaires, ils ont réaffirmé leur soutien sans faille à ce projet ambitieux qui, selon eux permettra d’améliorer les conditions de vie des populations qui seront touchées.

Dans leurs interventions respectives, le secrétaire général du département en charge de l’Energie et de l’Hydraulique et le représentant de Madame le ministre du Plan et de la Coopération Internationale ont vivement remercié les partenaires (BAD, Union Européenne, la Banque Mondiale, la Banque islamique de développement, la Banque Européenne d’investissement et la Banque de la CEDEAO) pour leur accompagnement.

Par Youssouf Keita        

+224 666 48 71 30

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.