Entretien. Sékouba Camara, inspecteur général de l’environnement, des eaux et forêts: “les ordures et les plastiques ne relèvent pas de notre Ministère”

Print Friendly, PDF & Email

Face à la dégradation poussée de l’écosystème de la Guinée, réputée, jadis comme château d’eau de l’Afrique occidentale, semble se méconnaître par le désert qui hante. Toute une problématique! Des pistes de solutions sont diverses. A cet effet, M. l’inspecteur général de l’environnement nous donne sa version.
Mediguinee.com: Pourriez-vous présenter globalement la physionomie de l’environnement guinéen?
Sékouba Camara : Nous sommes au point de restructuration du ministère de l’environnement, des eaux et forêts qui fait partie de l’ensemble de la structure gouvernementale, essentiellement chargée de la protection de la nature, de la prévention de nos forêts, climats, la pollution, bref tout ce qui est sociétal dans le sens physique relève de l’environnement.
Des mesures urgentes sont-elles à l’ordre du jour?
Il faut la sensibilisation, la protection de nos forêts, la lutte contre la déforestation, l’hygiène et le ramassage des ordures, ainsi que les sachets plastiques qui contribuent à la destruction du sol. Comme vous le savez les déchets sont très mal gérés, la pollution atmosphérique est très polluée ; il y a la coupe abusive du bois partout et sans oublier la sécheresse. Ce sont des mesures qu’il faut prendre dont nous avons la charge. La faune et la flore sont menacés, l’abattage des animaux rares protégés par l’humanité est de mise. Il n’y a pas de vie sans la prévention de la nature.
Parlant des sachets plastiques, quelles sont les mesures prises par votre ministère?
On pense que les ordures, les plastiques relèvent de l’environnement, non. Nous définissons la politique des déchets mais le gouvernement vient de décider que c’est le Ministère l’administration du territoire et de la décentralisation accompagné du gouvernorat de Conakry qui sont les responsables des ordures, des déchets plastiques. Tout récemment le Président de la République a pris une décision de renfort en mettant le Génie militaire pour résoudre le problème des ordures à Conakry.
Récemment vous étiez à Marrakech à la faveur du COP22. Quelle a été la partition guinéenne?
La partition guinéenne a été favorable, avec des stands; de partenariats pour valoriser davantage l’image du pays avec un équipage plus de 70 personnes. La Guinée a été très visible cette année à travers les stands qui ont été le point de chute de la quasi-totalité des membres de différentes délégations.
Vous savez que les Etats-Unis sont les plus grands pollueurs du monde après la chine, et l’arrivée de M. Trump a beaucoup pesé sur le processus de négociation au niveau de COP….
Peut-on connaître votre regard sur la situation socio-politique de notre pays?
Il y a une amélioration. Sans la paix il n’y a rien. Peu avant, nous avons enregistré beaucoup de perturbations, de troubles et d’insécurité dans le pays. Mais depuis que le Président de la République a eu l’initiative de rencontrer les leaders de l’opposition, actuellement vous constatez qu’il y a l’accalmie, notamment sur l’axe Hamdalaye-Bambeto- Cossa. Il faut reconnaître que dans un pays, il faut la paix et la compréhension. La négociation doit se faire autour de la table. J’espère que ce cap va être maintenu à partir du 12 octobre 2016, avec des accords signés. Je pense que l’espoir est permis pour le bonheur des populations guinéennes.
Votre message pour la sauvegarde de notre environnement.
Je viens de Marrakech, j’ai vu une ville très propre, une population disciplinée et travailleuse. Une ville où l’hygiène et la santé sont de rigueur. J’aimerai que mon pays puisse emboîter le pas au Maroc, en évitant l’indiscipline dans la circulation, ne jetant plus des ordures, les sachets plastiques n’importe comment et interdire l’utilisation, la commercialisation et la vente des plastiques, considérés comme déchets solides. Ainsi, Conakry pourra retrouver son image d’antan.
Par Rougui Bah

+224 622373144

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.