Et si la diaspora guinéenne au Mali s’inspirait de l’expérience de Chérif Haïdara, président du CDSM

Print Friendly, PDF & Email

La valeur d’un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses possessions. La valeur d’un homme réside dans sa personnalité, sa sagesse, sa créativité, son courage, son indépendance, sa maturité et son appropriation dans le développement de son pays. Voilà un homme de valeur et dynamique pour la cause de son pays qui traverse une crise depuis 2012.

La démarche de cet homme pouvait servir de leçon pour la diaspora guinéenne qui, jusqu’à présent n’arrive pas à se rendre influente sur le plan politico-économique en Guinée.

En 2015, alors qu’il n’y avait qu’un seul organisme qui défendait la cause de la diaspora malienne, Mohamed Chérif Haïdara alias “Madiba” décide de créer un nouvel organe qui peut défendre l’intérêt de toute la diaspora malienne appelé “CSDM” entendez Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne. Depuis 2015, date de sa création, cette structure ne cesse de multiplier les activités sur le terrain.

Sur le plan politique : Novembre 2019

Suite à une vague d’arrestations d’étrangers en Guinée dans l’affaire QNET, une dizaine de Maliens avait été qualifiés de rebelles par le préfet de Kankan Aziz Diop. Le président du CSDM pique une colère contre le préfet en s’exprimant en ces termes :

« C’est exagéré. Pensez-vous que ces Maliens constituent une menace pour la Guinée ? Je trouve que c’est faux. »

Grâce à ses efforts personnels, ses compatriotes ont été libérés.

En outre, l’on se rappelle le fameux dialogue national et inclusif du Mali en 2019. M. Cherif Haïdara a été également l’un des acteurs principaux de l’organisation de ce dialogue avec pour la première fois la participation de la diaspora malienne dans un dialogue au Mali. De loin, les recommandations du CSDM était d’augmenter le budget du département des Maliens de l’extérieur mais aussi de donner un député à la diaspora malienne qui peut défendre les soldats de l’économie malienne.

Chose incroyable, c’est que Chérif Haïdara et le CSDM fournissent tous ces efforts à leurs fonds propres sans subvention de l’Etat malien comme disait le président du CSDM du Congo dans un entretien accordé.

Aujourd’hui le CSDM (Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne, ndlr) compte des milliers d’adhérents dans plus de quarante-quatre pays à travers le monde.

Un bel exemple pour suivre pour la diaspora guinéenne.

Moussa Oulen Traoré, correspondant à Bamako (Mali)

+223 91895637

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !!