EXCLUSIF. La Guinée boucle ses frontières avec le Sénégal et la Guinée-Bissau

Print Friendly, PDF & Email

On vous l’annonçait en fin de semaine. C’est effectif. La Guinée a décidé de se barricader face à ses voisins le Sénégal et la Guinée-Bissau, à trois semaines de l’élection présidentielle du 18 octobre qui oppose principalement le président sortant Alpha Condé à l’opposant Cellou Dalein Diallo.

L’information qui n’a toujours pas été confirmée par les autorités au plus haut niveau est pourtant un fait. Un tour de notre correspondant au poste-frontière de Sambaïlo, situé à 13 km de Koundara-ville et Bhoundou Fourdou (à 45 km), révèle le bouclage hermétique du passage. De nombreux véhicules sont stationnés-là, faute de passage. Le tout est surveillé minutieusement par les forces de sécurité et de défense.

« Depuis quelques jours, la Guinée a bouclé la frontière. On n’arrive pas à passer. Au début, il y avait des restrictions à cause de la Covid-19. Mais depuis des jours, on ne passe pas. Les voyageurs sont obligés de contourner le check-point de Sambaïlo pour passer par Mali (Yimbéring) pour entrer en Guinée. La même chose est remarquée du côté de la frontière avec la Guinée-Bissau. Un impressionnant cordon sécuritaire y est érigé. On ne sait pourquoi. Vivement la fin de cette élection pour la reprise de nos activités », relate un citoyen qui a contacté Mediaguinee.

Du côté des autorités locales, la fermeture des frontières est confirmée. « On a reçu l’ordre de nos supérieurs de boucler la frontière. Nous respectons à la lettre la consigne du pouvoir. On veille au grain. Nous sommes en alerte et on ne laissera rien passer jusqu’à nouvel ordre », se lâche un haut responsable de Koundara, joint dimanche.

A Conakry, c’est motus et bouche cousue sur cette affaire qui commence à inquiéter les passagers qui circulent entre ces trois pays.

Pour beaucoup, la récente sortie (lire ici) jugée imprudente et inopportune du président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo dans Jeune Afrique annonçant son soutien à Cellou Dalein Diallo à la présidentielle et les menaces de ce dernier -qui compte de nombreux soutiens au Sénégal- contre le pouvoir pourraient être entre autres la cause de cette fermeture des frontières.

Noumoukè S.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.