Expropriation d’un domaine de plus d’1 ha ? Passe d’armes entre un citoyen et le directeur national de l’Industrie

Print Friendly, PDF & Email

.

Mercredi 30 juin, dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules” d’Espace, Ismaël Kaba, a accusé l’État  de lui retirer un domaine d’un hectare et une parcelle qu’il occupe il y a plus de 30 ans, à condition qu’on lui paye une somme de 4 milliards. Mais au lieu de cela, on lui aurait proposé 150 mille dollars. Ce citoyen qui était dans l’obligation de  refuser cette somme, qu’il trouve insignifiante, est revenu sur les faits.

«C’est un domaine d’un hectare et une parcelle clôturés avec 10 magasins, parmi lesquels il y avait une usine de fabrication d’aliments de volaille et une usine de fabrication d’aliments pour bétail que j’occupe il y a plus de  30 ans.  Un jour, au mois de septembre 2019, nous avons reçu plus 25 gendarmes armés jusqu’aux dents, qui  sont venus envahir le terrain, casser le cadenas et investir le domaine…  A cette époque, c’est le préfet Barboza qui était en fonction et je lui ai demandé que j’ai trouvé des gens sur mon terrain mais je ne comprends pas. Il (Barboza) me dit qu’ils ont reçu une équipe de l’Industrie avec  des gendarmes et ils ont laissé un papier. Quand le préfet m’a donné la lettre, je lui ai dit qu’elle ne me concernait pas mais qu’elle était adressée à Fatoumata Madiou  Kaba pour les parcelles 3,4,5,6,7,8 du lot 17, pendant que moi je suis Ismaël Kaba. J’occupe une parcelle qui est du lot 3. J’ai dit donc c’est nettement différent. Il (préfet) m’a demandé si j’ai mes  papiers. Je lui ai dit oui. Et sur place, il a appelé monsieur le ministre, il lui a fait savoir que le terrain qui était occupé n’est pas celui qui devait être occupé. Ils ont parlé entre eux et finalement il m’a dit d’aller voir le ministre (Tibou). Je me suis déplacé  ce jour-là, ils  n’ont pas voulu me laisser entrer. J’ai tout fait. Donc, 2 jours après, j’ai appris par hasard que le vendredi, le ministre  veut  inaugurer une société sur mon terrain sans même un avertissement. Donc le vendredi, je suis arrivé, je trouve un monde composé de Chinois et de Guinéens et plus de 100 gendarmes étaient là pour cette inauguration. A mon tour, j’ai demandé au ministre, ‘’Excellence, est-ce que je peux intervenir?’’ Il m’a demandé à quel sujet. Je lui ai fait savoir que je suis de la localité …Quand j’ai pris le micro, je lui ai souhaité la bienvenue au nom de la localité et j’ai dit au même moment que le domaine occupé n’est pas celui qui devait être occupé, c’est une propriété privée et c’est pour moi Ismaël Kaba. Et dès que j’ai dit ça, il y a eu quelques 20 gendarmes qui sont venus me prendre pour m’envoyer en prison.  Et je ne sais pas ce que le ministre leur a dit. Ils m’ont emmené dans leur camionnette et c’est là j’ai attendu. Après l’inauguration, heureusement pour moi, il est passé devant moi. Je lui ai dit ‘’Excellence’’, voilà que tes hommes veulent m’envoyer en prison’’. Je lui ai dit que c’est une affaire, on en parlera et que je n’ai pas peur puisque c’est ma propriété. Il a demandé à ce qu’on me fasse descendre…Il me demande ce qu’il y a, je lui ai fait savoir que ce domaine m’appartient. Il dit : ‘’ça a été une erreur, que mais comme le président m’a ordonné d’installer les Chinois, moi je crois qu’il a accepté qu’on transforme cela en une expropriation. On va te donner beaucoup d’argent je vois que c’est mieux’’. Je lui ai dit que cela ne me fait pas plaisir, mais puisque c’est un monsieur qui est très puissant et je ne suis pas le seul, j’ai donc accepté. Il m’a demandé ‘’tu veux qu’on te donne combien ?”  Je lui ai dit qu’on me donne 8 milliards, puisque mon domaine vaut aujourd’hui 10 milliards. Comme ça, moi je plie bagages. Il dit non, je ne peux pas te donner 8 milliards mais tu vas avec mon inspecteur général ( Dioubaté) ,tu justifies tout ce que tu as investi sur le terrain et on va te le restituer.’’… Quand on a fait le calcul, on est tombé sur 4 milliards 3 millions. Il y a des points qu’ils n’ont pas pris mais il a promis de me donner ces 4 milliards. Depuis 2020, on est resté dans cette situation, il n’a pas payé et moi je suis sur le terrain je travaille. En 2021, il y a eu le déguerpissement, il voulait profiter pour détruire le domaine et moi j’ai fait intervenir la première dame qui est ma nièce pour que j’aie et je parte me soigner. Avec cette intervention, il s’est rétracté et il dit que c’est 150 mille dollars qu’il va donner. Mais arrivé chez le préfet, je trouve un certain Soumah, l’envoyé du ministre qui a proposé 150 mille dollars. Je lui ai dit que je ne prends pas. S’il donne les 4 milliards 3 millions, je prends ça puisque j’ai donné mon engagement. Mais avec un franc de moins, je ne prends pas…. J’ai écrit au Premier ministre, au ministre de l’Administration du Territoire, à celui de l’Habitat et à monsieur le Président de la République… Suivant les informations que j’ai reçues, Kassory lui a demandé de ne pas casser. En réponse, il dit avoir l’aval du président de la République. Aujourd’hui, on est à 150 mille dollars», a-t-il expliqué.

Pour sa part, le Directeur national de l’Industrie dit que ce n’est pas une expropriation, il ajoute que ce domaine est une zone industrielle et que la réclamation de cette somme par monsieur Ismaël Kaba  est un chantage.

«Je vais essayer d’éclairer la lanterne au sujet de ce domaine. Ce qu’il faut savoir, c’est un domaine depuis avant l’an 2000 qui est classé comme zone industrielle. Nous notre rôle, on a des procédures, on ne parle pas d’expropriation quand j’entends Monsieur Kaba parler d’expropriation. C’est une procédure et on contraint le propriétaire à céder… Je sais tout ce qui s’est passé durant la procédure, parce que j’ai piloté tout ce qui concerne ce domaine…Ce n’est pas une expropriation …Nous avons tantôt une notification d’annulation à monsieur Kaba et nous lui avons signifié que dans les 3 mois de libérer les lieux qui doivent être exploités pour le compte d’un industriel. Quand on a procédé à la pose de la première pierre, il ne s’agissait pas d’une inauguration sur le site à Bentouraya… Réellement, monsieur Kaba est reconnu dans la zone comme étant quelqu’un qui confond tout ou qui mélange tout le monde. En ce qui concerne ces parcelles, nous avons été très précis. Nous savons exactement l’attachement  de chacun au niveau des lots. Donc il s’amuse souvent à donner des documents ou encore à penser à des noms que nous ne maîtrisons pas. Jusqu’à preuve du contraire, aujourd’hui, quand nous notifions, c’est des personnes qui sont sur le site et c’est ce qui fut fait. Il y a un lot qui est aussi à côté et toutes ces personnes ont été notifiées. Nous avons les documents de notification que nous pouvons vous fournir. Donc, Monsieur Kaba est allé prendre un document qui ne concerne pas la notification liée à ce site. Parce que c’est le lot concerné qui a été touché.  Kaba s’est hasardé à nous emmener un état à main levée là où il a déterminé des valeurs jusqu’aux 8 milliards. Nous avons jugé nécessaire de nommer un expert indépendant qui est allé faire le travail, voir tout ce qui a été fait sur le site et valoriser. Dès que nous avons reçu ce document, nous avons appelé monsieur Kaba pour lui dire qu’on a fait un travail. Donc, notre rôle, puisqu’on nous a demandé un cas social, on a échangé avec lui. Il dit non lui ne veut que les 8milliards et il dit d’ailleurs qu’il ne veut plus rien il va essayer d’aller au haut niveau voir ce qu’il faut pour nous amener à payer. Franchement, pour moi, c’est un chantage pur et net .», a indiqué Alphadiao Idriss Hann, directeur national de l’Industrie.

Aujourd’hui, Ismaël Kaba, après avoir échoué auprès de plusieurs personnalités du gouvernement, interpelle désormais le président de la République afin que ce dernier lui vienne en aide, en tant qu’autorité suprême. Affaire à suivre.

Christine Finda Kamano

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.