Face à la presse, Bah Oury invite l’opposition républicaine au sérieux : « ils ont toujours manifesté. En fin de compte, ils font des arrangements »

Print Friendly, PDF & Email

Bah Oury, premier vice-président de l’UFDG, a animé  vendredi sa première conférence de presse depuis son retour d’exil, dans la salle Elhadj Mohamed Koula Diallo, du nom du journaliste de Guinee7 assassiné au siège de son parti le 5 février dernier.

Il était accompagné par une forte délégation à cette rencontre – axée sur la situation sociopolitique que traverse la Guinée- dont Baba Alimou Barry, l’un des accusés dans l’attaque du domicile privé du président Alpha Condé à Kipé le 19 juillet 2011.

Visiblement très ému d’être dans la salle qui porte le nom de Koula Diallo, l’ex ministre de la réconciliation nationale a tout d’abord remercié l’ensemble des journalistes guinéens et la direction de la Maison de la presse (MDP) pour leur geste. Avant de rendre un vibrant hommage à toutes les victimes des barbaries des temps modernes (attentat à Nice, etc.).

Abordant le thème de la conférence, Bah Oury dira que  le pays n’avance pas avec les débats qui ne collent pas avec les réalités. « Dans ce pays, nous sommes interpellés aux vrais  problèmes de la pauvreté, par cette vague de gens qui prennent le chemin de l’exil, par les attentats (à Nice, au Nigéria…). Mais, pas des revendications pour des intérêts personnels, du remaniement à la CENI, pour demander le dialogue au gouvernement, protester contre WayMark ». Et de s’interroger sur ce qu’il faut faire pour qu’il y ait développement pour la plus grande majorité des Guinéens ?

Pour lui, lorsqu’on demande le dialogue avec le gouvernement, et que ce gouvernement répond positivement, et par la suite on boude pour dire que le texte d’invitation est discourtois, j’ose poser la question du sérieux de ceux qui appellent à manifester pour avoir un dialogue avec ce gouvernement. « Le chef de file de l’opposition dite républicaine n’a pas encore de la manière la plus solennelle reconnu l’élection présidentielle du 11 octobre dernier. Je trouve que, si un gouvernement issu de ce chef de l’exécutif, appelle à une rencontre entre des acteurs politiques qui n’ont pas reconnu l’élection du président de la République, je pense qu’ils ont les preuves de laxiste. Il faut être cohérent. L’incohérence ce n’est pas simplement pour soi-même mais, c’est aussi pour les autres. Vous voyez des gens meurent des choses abominables et, deux mois après, on fait comme si ça n’a jamais existé. C’est ça la culture d’impunité, la mal gouvernance… Quand on dit quelque chose, il faut aller jusqu’au bout et être cohérent…», dit Bah Oury.

S’agissant de la manifestation projetée le 04 août prochain par l’opposition républicaine, Bah Oury de taper : « ils ont manifesté pendant cinq ans contre Waymark-Sabary. Combien de victimes, de destructions de biens ? ». En fin de compte, poursuit-il, ils signent (les opposants) un arrangement le 13 juillet et à cause des intérêts personnels, ils acceptent Waymark-Sabary) pour l’organisation des élections législatives de 2013. « Pourquoi avoir pendant deux ans mener les gens dans la rue avec tout ce qu’il y a eu de destructions et vouloir rééditer la même chose?, s’interroge encore l’ancien ministre de la réconciliation. Avant de d’inviter au sérieux les acteurs politiques. Parce que, dit Bah Oury, derrière chaque parti politique, des millions de Guinéens sont concernés.

Thierno Younoussa

 

  1. Mamadou Barry 5 ans il y a
    Repondre

    Texte à revoir. Beaucoup de coquilles !

  2. kekoura 5 ans il y a
    Repondre

    Mr Bah Oury laisser les sortir. On va voir Incha allah.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.