Faranah : fin de la consultation communautaire des populations riveraines de la réserve de biosphère et Parc National du Haut Niger

Print Friendly, PDF & Email

La sous-préfecture de Banfèlè (Kouroussa) située à 85 kilomètres de Faranah centre, a abrité du 14 au 15 décembre dernier, l’atelier de consultation communautaire des populations riveraines de la réserve de biosphère et Parc National du Haut Niger (PNHN) pour le renforcement de la gestion concertée et inclusive.

Plus de deux cent participants venus des différents villages de Faranah, Kouroussa, Dabola et Kankan ont pris part à ce rendez-vous. Plusieurs allocutions tenues à la maison des jeunes de Banfèlè ont ponctué l’événement.

Le conservateur en chef du Parc National du Haut Niger, Adjudant Aboubacar samoura a, dans son discours de circonstance souligné : « L’Assemblée qui nous réunie ce matin s’inscrit dans le cadre de l’amélioration de la gouvernance du Parc National du Haut Niger à travers un dialogue franc entre les usagers des ressources naturelles et les gestionnaires du Parc. Depuis 1998, l’année de la tenue de l’Assemblée de Sanguiana, il n’ya pas eu d’autres assemblées. Ceci s’est traduit par la rupture totale de dialogue entre les gestionnaires du parc et les villages riverains entrainant ainsi la violation de la convention et le règlement intérieur du parc à travers : La coupe commerciale du bois d’œuvre ; La chasse commerciale; La pêche illégale ; L’avancée du front agricole ; Le surpâturage ; L’exploitation artisanale de l’or; Les conflits entre agents conservateurs et communautés. C’est pour palier à ces fléaux qui menacent dangereusement la survie du parc qui est l’un des plus grands et importants pour sa  richesse en biodiversité que nous avons jugé nécessaire d’organiser cette assemblée qui va sans nul doute,améliorer la gestion du parc. Je remercie sincèrement l’Union européenne à travers UNOPS qui a asuré le financement de cette assemblée. »

Pour sa part, l’inspecteur régional de l’Environnement des Eaux et Forets de Faranah, Mory Fodé Diané a, après avoir transmis les salutations de son ministre de tutelle, situé l’événement dans son contexte:

« La consultation communautaire est une approche qui vise à trouver des solutions locales aux problèmes environnementaux globaux. Elle vise exclusivement les structures locales de gestion, les ONG partenaires, les élus locaux, les partenaires techniques techniques et financiers et les services techniques. »

Le représentant de l’UNOPS à Conakry, Colonel Radar Nishili a dégagé l’objectif de cette rencontre : « Nous l’UNOPS nous sommes en train d’appuyer le ministère de l’environnement des eaux et forets dans l’accompagnement de la gestion des aires protégées de la Guinée. Chaque aire protégée a ses difficultés, chaque aire protégée a ses spécificités. Pendant que nous étions EB train de mener une étude sur l’efficacité des aires protégées, il s’est fait que pour le parc national c’est la cohabitation entre parc population qui semblait être un problème le plus crucial. C’est ce qui a fait que nous jugé utile de consulter les wâ-ton (surveillants de la brousse),les conservateurs de la nature et les jeunes pour qu’ensemble nous puissions dialoguer avec les communautés afin de savoir exactement le niveau de ce conflit, quelles sont les causes, et savoir qu’elles peuvent être le pistes de solutions. »

C’est sur une note de satisfaction que les participants à cette rencontre de Banfèlè se sont quittés dans l’espoir de se retrouver en janvier 2020 pour d’autres rencontres pour la sauvegarde et la gestion durable du parc national du haut Niger.

Lanciné Keita, correspondant régional à Faranah

+224 628464659 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.